Les drapeaux belges et français côte à côte pour le match de la demi-finale

Les drapeaux belges et français en adhésion pour le match
2 images
Les drapeaux belges et français en adhésion pour le match - © Robert MORTIER

Un drapeau belge et français autour du drapeau européen? Cette image symbolique à l'approche du match Belgique-France de mardi nous a été envoyée par un internaute depuis Sainte-Adresse en France. 

Une adresse qui n'est pas anodine. La ville française a en effet joué un rôle central dans l'Histoire de la Belgique, pendant la Première Guerre Mondiale. Sainte-Adresse se trouve dans le nord-ouest du Havre, en Normandie, là où la Belgique fut accueillie en exil.

Un gouvernement provisoire à Sainte-Adresse

Lors de l'occupation de la Belgique en 1914, le Gouvernement du trouver une terre d'exil pour continuer d'exister. La destination "Sainte-Adresse" fut le fruit d'une longue réflexion car elle représentait un problème : hors de Belgique, le Gouvernement avait peur de devoir faire amende honorable devant le pays-hôte et de perdre son autonomie. La France et la Belgique n'étaient pas alliées (ndlr, la Belgique était neutre) mais combattaient les mêmes ennemis. 

Lorsque le siège du port d'Anvers est établi, le Gouvernement belge se voit obligé de rejoindre Ostende. De là, certains ministres souhaitent partir vers Londres. Mais cette option est rapidement mise de côté. Les regards se tournent à la place vers Sainte-Adresse dans Le Havre. Cité balnéaire proche de la Belgique et encore épargnée par la guerre, elle représente un point de contact avec la Grande Bretagne. C'est l'endroit parfait. En accord avec les autorités françaises, elle devient "la Capitale administrative de la Belgique". Le Gouvernement y séjourne pendant quatre ans dans une maison en haut d'une falaise. Maison qui sera détruite en 1944. Le roi Albert 1 er y possédait aussi une villa dans laquelle il n'aura jamais été. 

La municipalité de Sainte-Adresse restera française mais les bâtiments occupés par les Belges joueront un rôle d'extraterritorialité. Au total, pas moins de 12.000 Belges vont y habiter pendant la Guerre.

Depuis les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, il ne reste que le "Nice Havrais", grand immeuble où se trouvaient les bureaux administratifs belges, encore debout. 

L'Histoire peu commune de la Région survit encore aujourd'hui. Chaque année, lors de la Fête Nationale de la Belgique, le 21 juillet, la ville se pare ainsi de noir-jaune-rouge et tire des feux d'artifices. 

Mais cette année, en attendant le 21 juillet, les habitants ont hissé les drapeaux français...et belge à l'occasion du match de mardi. La relation d'amour-haine qu'entretiennent les deux nations n'est qu'une absurdité à Sainte-Adresse, où elles vivent en harmonie depuis 1914.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK