La police de Grosseto (Italie) confisque les transats et les parasols laissés sur la plage pour "réserver" des places

La police de Grosseto (Italie) confisque les transats et les parasols laissés sur la plage pour "réserver" des places
La police de Grosseto (Italie) confisque les transats et les parasols laissés sur la plage pour "réserver" des places - © Tous droits réservés

C'est l'escalade dans la guerre des serviettes pour se réserver une place au soleil sur la plage publique de Grosseto, en Toscane. Laisser sa serviette pour se garantir un espace sur le sable ne suffisait plus. Des touristes s'appropriaient leurs quelques mètres carrés de littoral par tous les moyens possibles: transats, matelas gonflables, serviettes, parasols… Le tout parfois cadenassé et laissé sur la plage de la Marina jour et nuit.

La police municipale de Grosseto a mis fin à ce petit jeu dans la nuit de jeudi à vendredi dernier : elle a nettoyé le rivage en enlevant pas loin de 300 objets de plage.

"Désolé, mais il y a des règles et il faut les respecter, déclare l’échevin à la sécurité de la ville de Grosseto Fausto Turbanti à La Repubblica qui relate le coup de filet. Ce n’est pas juste, surtout pour ceux qui, par exemple, travaillent toute la semaine et ne parviennent à aller à la mer que le week-end. Et qui ne peuvent pas profiter de la mer au premier rang, parce que d’autres personnes qui ont plus de temps libre décident d’abandonner des parasols et des transats la nuit sur le sable pour occuper la plage libre, qui est publique et à tous".

Tous les objets saisis à la plage de la Marina di Grosseto sont conservés à la commune et seront restitués à leurs propriétaires. Contre paiement de la sanction prévue légalement, soit 200 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK