La plus ancienne plainte pour mauvais service a près de 4000 ans

La tablette dans laquelle le citoyen Nanni d'Ur se plaint d'une transaction malhonnête.
La tablette dans laquelle le citoyen Nanni d'Ur se plaint d'une transaction malhonnête. - © BRITISH MUSEUM

Au premier abord, c’est une tablette d’argile tout à fait classique, conservée au British Museum de Londres. Et pourtant, si l’on en croit ses inscriptions cunéiformes, il s’agirait bien d’un document inestimable : la première fois qu’un homme a rédigé une plainte contre un service mal rendu. Le site américain Quartz raconte que l’auteur du texte est un certain Nanni, citoyen de la ville d’Ur (au sud de l’Irak actuel). Il y a environ 3800 ans, ce dernier se serait insurgé contre un marchand, Ea-Nasir, qui lui aurait vendu des lingots de minerai de cuivre de mauvaise qualité. Il regrette également que la prochaine livraison ait du retard à cause d'une erreur d'aiguillage.

Pour qui me prends-tu?

Rédigé en akkadien, une des premières langues du Moyen-Orient, le texte est gravé dans une tablette de près de trois centimètres d’épaisseur. Un travail de longue haleine, qui montre l’étendue de la rancœur de son auteur, note Quartz.

Un internaute du site Reddit a retrouvé une traduction du texte, publiée en 1967 dans un ouvrage de l’assyriologue autrichien Adolph Leo Oppenheim. Le pauvre citoyen d'Ur ne mâche pas ses mots : "Pour qui me prends-tu, en me traitant avec autant de mépris ?" Il se plaint également des mauvais traitements que son partenaire commercial aurait fait subir à ses émissaires, qu’il a renvoyés les mains vides en plein territoire ennemi.

"La plus vieille plainte sur Internet, pré-Internet."

Plus loin, Nanni menace Ea-Nasir, lui assignant l’ordre de lui rendre son argent en totalité. Il conclut avec fermeté : "Prends connaissance du fait que je n’accepterai plus de cuivre de ta part qui ne soit pas d’excellente qualité. Désormais je sélectionnerai les lingots de ma propre terre, et j’exercerai contre toi mon droit de rejet, car tu m’as traité avec mépris." Une décision (presque) gravée dans le marbre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK