Cette photo d'une route menant à Dubaï "pendant le confinement" est-elle bien réelle ?

Une longue route recouverte de bancs de sable et, tout au bout, des immeubles dans la poussière et la brume. "Tempête de sable de Dubaï ! La nature reprend ses droits", affirme en guise de légende le compte Facebook "Dans la nature".

Sur d’autres réseaux sociaux, certains affirment que la photo a été prise pendant la période de confinement ordonnée pour contrer l’épidémie de coronavirus.

Alors, le confinement aurait-il eu – temporairement – raison de la frénésie des Emirats arabes unis ?  Pas vraiment.


►►► À lire aussi : Face à la pandémie, Dubaï étale ses avancées scientifiques


 

Nous avons effectué une recherche inversée d’image pour ce cliché. Premier constat : il en existe des dizaines du même style. Toutes prises au même endroit.

"Je ne sais pas à quoi est destinée cette zone, mais on dirait que son développement a été retardé et que le désert l’a recouvert", peut-on lire en commentaire de ce clip publié sur YouTube en 2017.

(L’article continue sous la vidéo)

La zone en question, c’est probablement la "Dubai’s half desert road". Le lieu est qualifié de "Top secret road" par une vidéo YouTube… qui en donne les coordonnées précises. Autant dire que les photographes, les instagrammeurs et les amateurs de drone connaissent bien ces axes qui ne mènent nulle part.

Sur Google Maps, on trouve même un "roundabout of nothingness" (rond-point du néant) qui semble être devenu une attraction touristique où les conducteurs de 4x4 se donnent rendez-vous pour tester la qualité de leur frein à main dans une odeur de pneu.

Une perspective qui n’existe pas

Mais est-ce qu’il est possible de faire une telle photo : une route parfaitement rectiligne avec, pile dans l’axe au bout de l’horizon, le Burj Khalifa haut de 828 mètres ? Non. Ni sur la "half desert road", ni ailleurs.

Comme le rapporte Snopes.com, ce type de manipulation est monnaie courante sur les réseaux sociaux. Le site spécialisé dans l’analyse des fake news cite ainsi le travail du photographe Husain Ujjainwala.

Sur son compte Instagram, l’homme rappelait en août 2019 la différence entre "Instagram et la réalité. Tout ce que vous voyez sur Instagram n’est pas réel". Le tout avec un petit montage montrant comment il avait intégré la skyline de Dubai à une photo prise dans le désert (cliquez sur la petite flèche à droite du post Instagram pour voir l'image non retouchée).

Quelques mois plus tôt, à ceux qui lui demandaient l’endroit où tous ces clichés impressionnants avaient été pris, il répondait : "Les gens, il n’y a pas de skyline ici. Vous n’avez qu’à la photoshopper."

(L'article continue sous les posts Instagram)

Ty Poland aussi a cherché ce Dubai qui n’existe pas. Dans un article pour le site Fstoppers, ce photographe explique comment il s’est fait avoir par ce "fake Dubai". "Tout ça me mène à penser que notre génération a littéralement amené des gens à des lieux qui n’existent pas vraiment", conclut-il.

Des routes (fréquentées) ensablées

Le sable sur les routes, fréquentées celles-là, c’est un défi pour les Emirats. En 2012, The National, un quotidien en langue anglaise publié à Abou Dhabi, rapportait que "des ouvriers ont été mobilisés tout le week-end pour déblayer des tonnes de sables qui recouvraient les routes" après une tempête.

"Pendant les tempêtes de sable, les gens ne peuvent plus contrôler leur voiture. Ça dérape et ça glisse parce que les conducteurs ne peuvent pas savoir quelle est la profondeur du sable", expliquait alors un officiel cité par The National.