La Nasa et Nokia vont installer la téléphonie mobile sur la Lune

Vue de la Lune à proximité de la planète Mars, photographiée depuis la ville de Panama, le 02 octobre 2020.
Vue de la Lune à proximité de la planète Mars, photographiée depuis la ville de Panama, le 02 octobre 2020. - © Luis Acosta

Allô la Lune ? Le groupe finlandais Nokia va fabriquer pour la Nasa ce qui sera le premier réseau de téléphonie mobile opérationnel sur la Lune, dans le cadre du projet de base humaine permanente de l’agence spatiale américaine, a-t-il annoncé lundi.

Le réseau 4G "ultra-compact, économe en énergie et résistant aux conditions spatiales", qui sera "le tout premier réseau cellulaire sur la Lune", doit être déployé à la surface de la Lune dès la fin 2022, via l’alunisseur sur lequel travaille la société américaine Intuitive Machines, précise Nokia dans un communiqué.

La Nasa a confirmé à l’AFP que ce serait le premier réseau cellulaire sur la Lune, où le dernier pas de l’Homme remonte à 1972.

Le réseau, qui doit s’autoconfigurer lors de son déploiement sur la Lune, doit notamment permettre d’assurer la connexion sans fil de "toute activité que les astronautes devront mener, permettant l’échange de communication par voix et vidéo, la télémétrie et l’échange de données biométriques, ou encore le déploiement et la manoeuvre de robots", poursuit le groupe finlandais.

Le contrat, d’un montant de 14,1 millions de dollars, a été remporté par la filiale américaine de Nokia dans le cadre d’une série de contrats de pointe dévoilés vendredi par la Nasa.

"Le système permettra d’assurer des communications à la surface de la Lune sur de plus grandes distances, à plus grande vitesse, et de façon plus fiable que les standards actuels", a expliqué l’agence spatiale dans son communiqué.

Deux astronautes américains, dont une femme, doivent marcher sur la Lune en 2024 lors de la mission Artémis 3, et la Nasa veut y établir une base permanente, prélude à une possible mission vers Mars.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK