L'homme qui aurait dû devenir le 1er noir africain dans l'espace meurt dans un accident

L’homme qui aurait dû devenir le 1er noir africain dans l’espace meurt dans un accident
L’homme qui aurait dû devenir le 1er noir africain dans l’espace meurt dans un accident - © ALEXANDER JOE - AFP

Un Sud-Africain qui aurait dû devenir le premier noir africain dans l’espace est mort dans un accident de moto, a annoncé sa famille dimanche.

Mandla Maseko, disc-jockey à temps partiel, est mort à l’âge de 30 ans samedi soir, selon une déclaration de la famille citée par plusieurs médias locaux.

Surnommé "l’afronaute", il avait gagné en 2013 le droit d’effectuer un vol de 103 kilomètres dans l’espace à bord d’un vaisseau spatial américain Lynx Mark.

Il avait battu un million d’autres candidats venus de 75 pays. Il avait été sélectionné avec 22 autres personnes pour effectuer un voyage d’une heure dans l’espace.

Mandla Maseko avait dû subir de nombreux tests d’aptitude physiques et mentaux dans le cadre du concours organisé par la AXE Apollo Space Academy qui était parrainé par la société anglo-néerlandaise Unilever et une entreprise de tourisme spatial, Space Expedition Corporation (SEC).

Il aurait dû voler en 2015 après avoir remporté le concours organisé par la AXE Apollo Space Academy, mais cela ne s’était pas matérialisé.

Archives: Mandla Maseko, qui aurait pu devenir le premier "afronaute" donnait une interview à Pretoria, le 04 février 2014

Traduction: "Nelson Mandela m'a inspiré parce qu'il a innové. En tant que premier président noir d'Afrique du Sud à l'époque, c'était une chose énorme. Donc, pour un homme ordinaire faire des choses extraordinaires, pour moi était une inspiration suffisante." - 
"Ce que j'attend le plus de ce voyage, c'est de me voir au  moment où je me lève de mon siège et que je commence à flotter. Ensuite je regarde par la fenêtre et je vois cette grosse boule ronde bleue et blanche appelé Terre. Je suis vraiment impatient de voir ça".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK