France: trois ouvriers découvrent 34 lingots, un seul d'entre eux récupère le butin

France: trois ouvriers découvrent 34 lingots, un seul d'entre eux récupère le butin
France: trois ouvriers découvrent 34 lingots, un seul d'entre eux récupère le butin - © Image by PublicDomainPictures from

C'est une histoire relatée par Le Parisien. Tout commence le 21 juillet 2015, à Vouzon, petite commune à 30 kilomètres d'Orléans. Trois ouvriers sont occupés à travailler dans une cave avec pelle, seau et marteau-piqueur. Les trois hommes découvrent alors 34 lingots d'or cachés sous une dalle en béton, soit près d'un million d'euros.

Dans un premier temps, les ouvriers informent le propriétaire des lieux de leur découverte. Il s'avère que ce dernier est justement avocat. Il propose un arrangement à l'amiable aux trois hommes et s'accapare un peu plus de la moitié de la somme. Attirés par une telle somme, l'employeur, le directeur d'équipe et le directeur technique décident de s'en mêler. Ils touchent chacun l'équivalent de 11.000 euros, tandis que les trois ouvriers se répartissent la somme de 139.000 euros.

Afin d'être certains de ne pas avoir été floués, les trois hommes décident alors de consulter plusieurs avocats. Ils découvrent alors que la loi française stipule que "si le trésor est trouvé dans le fonds d'autrui, il appartient pour moitié à celui qui l'a découvert, et pour l'autre moitié au propriétaire du fonds". L'un d'entre eux décide alors d'intenter une action en justice en 2017, et obtiendra gain de cause. Le propriétaire est prié de rembourser le surplus qu'il s'était accordé, de même que le personnel de l'entreprise qui n'était pas présent sur les lieux. Mais la décision de la justice n'en reste pas là, et demande également à l'un des trois ouvriers, chargé d'évacuer les décombres de la dalle en béton, de rembourser également sa part.

À la suite de cela, l'autre ouvrier, qui avait enlevé les gravats à la pelle, entame une procédure d'appel, persuadé être l'unique "découvreur" du trésor. La cour d'Orléans vient de lui donner raison ce 1er juillet dernier. C'est lui qui empochera la totalité des 500.000 euros mis en jeu, malgré l'aide reçue de ses collègues au seau et au marteau-piqueur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK