Faux souvenirs: "Inception" devient réalité au pays des souris

Faux souvenirs: "Inception" devient réalité au pays des souris
2 images
Faux souvenirs: "Inception" devient réalité au pays des souris - © Tous droits réservés

Le film Inception basait son intrigue sur la capacité d’introduire de "faux souvenirs" dans la mémoire d’êtres humains. On croyait que c’était de la fiction, mais des scientifiques américains en ont fait une réalité.

Le site Deredactie.be de la VRT rapporte qu’un chercheur américain, Alexander Verstraete du MIT, est parvenu à introduire de faux souvenirs dans les neurones de souris. Plus exactement en conditionnant les neurones à l’aide de la lumière. Cette découverte devrait permettre à terme de modifier les souvenirs des êtres humains.

Rendre les cellules photosensibles

Le concept fantastique qui permet à Leonardo DiCaprio de s’aventurer dans des univers oniriques serait donc à portée de main, pour le meilleur et pour le pire. "Nous avons pu démontrer qu’il est possible de générer des représentations d’angoisse par des moyens artificiels" ont écrit les chercheurs dans un article publié dans la revue médicale Nature

Les animaux du test ont d’abord été placés dans un environnement agréable et reposant. Leurs cellules ont ensuite été rendues photosensibles. Après quoi, placées dans un nouvel environnement, les souris ont vu ces mêmes cellules stimulées par de la lumière, faisant croire aux rongeurs qu’ils étaient dans le premier environnement. Parallèlement, les souris étaient soumises à de légers chocs électriques désagréables.

De retour dans le premier environnement confortable, les souris se sont montrées anxieuses, comme si elles avaient conservé un souvenir négatif de l’endroit, associé désormais aux chocs électriques qu’elles avaient pourtant reçus dans un autre lieu.

Souvenirs peu fiables

Par-delà l’expérience, les scientifiques pensent ainsi découvrir comment se créent les souvenirs humains. D’autant que d’autres études indiquent que nos souvenirs ne sont guère fiables. Des études remontant à 1970 indiquent que les souvenirs visuels peuvent fortement varier.  "Pour chaque souvenir, nous combinons nos cellules de manière différentes ", assurent des chercheurs du MIT  (Massachusetts Institute of Technology). Et enfin, nos souvenirs évoluent dans le temps. Notamment par l'ajout inconscient de nouvelles informations à d’anciens souvenirs.

Ces recherches sur le souvenir visent à pouvoir un jour réduire les angoisses des personnes sujettes à des stress post-traumatiques ainsi que des patients sujets à la schizophrénie.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK