Explosion de joie de 400 scientifiques lors de l'atterrissage d'une fusée

C'était un exploit et les 400 scientifiques qui ont travaillé sur ce projet s’étaient rassemblés pour voir le résultat de leur travail sur un écran. Face à cette réussite, ils n'ont pu contenir leur joie et se sont levés comme de véritables supporters pour exprimer leur enthousiasme. 

La firme américaine Blue Origin a réussi pour la première fois à faire atterrir en douceur une fusée après un vol suborbital non-habité. Le chef du projet a précisé que son lanceur réutilisable New Shepard, qui comprend également une capsule pressurisée capable de transporter six personnes, venait d’effectuer un vol d'essai suborbital atteignant 101 kilomètres d'altitude.

Le lanceur a pu ensuite revenir se poser sans encombre à proximité du site de lancement de la société au Texas, dans le sud des Etats-Unis, selon une vidéo de l'expérience postée sur le site de Blue Origin.

La fusée a rallumé son unique moteur à environ 1500 mètres pour freiner sa descente alors que sa vitesse atteignait 7000 km/h. Le lanceur a pu ainsi venir se poser quasiment au même point d'où elle avait décollé.

Parvenir à récupérer des lanceurs, surtout les plus lourds, est un objectif jugé prioritaire dans l'industrie aérospatiale pour nettement réduire les coûts de lancement.

Airbus y travaille depuis 2010 et l'américain SpaceX a déjà effectué plusieurs tentatives infructueuses de récupération du premier étage de son lanceur Falcon 9 après des lancements de sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour des missions d'approvisionnement pour le compte de la Nasa.

Le concurrent Elon Musk, la patron de SpaceX, l'a félicité sur Twitter tout en minimisant l'importance de cette réussite. Il explique ainsi que le lanceur et la capsule de Blue Orgin volent seulement à une altitude suborbitale, ce qui rend moins compliqué le retour du lanceur au sol.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK