Etats-Unis : un garagiste démissionne, pour se venger, son patron le paie en pièces d’un centime versées devant chez lui

Recevoir 91.515 pièces d’un cent devant sa porte en guise de dernier salaire : voici ce qui est arrivé à Andreas Flaten, un désormais ex-garagiste.

Les relations avec son patron étaient devenues compliquées pour cet employé d’un garage automobile de Géorgie (Etats-Unis). Après avoir décidé de donner sa démission en novembre, Andreas Flaten ne voit toujours pas arriver son dernier salaire. Il décide donc de menacer son ex-employeur de porter l’affaire en justice : "Dès que le mot 'avocat' a été prononcé, voici ce qu’il a fait", commente sur Instagram Oxley la femme d’Andreas.

Qu’elle ne fut pas la surprise du couple, un soir de mars, lorsque la somme due fut déposée devant leur allée de garage. Sauf que le salaire était en pièces d’un centime toutes huileuses. Un tas couleur cuivre surplombé d’un papier où était écrit "Fuck you", en guise d’aurevoir patronal.

228 kilogrammes de pièces dans une brouette

"J’ai fait le compte et il devrait y avoir exactement 91.515 pièces, ce qui fait environ 504 pounds (soit 228 kilogrammes) de pièces", commente l’ex-employé à la chaîne de télé Fox 5.

Afin de ne pas rester avec cette montagne de pièces, Andreas Flaten a contacté une société pour qu’elle vienne les récupérer et lui échanger contre un chèque de 1000 dollars. En attendant, il passe ses soirées à nettoyer les pièces lourdement huileuses qu’il entrepose dans une brouette aux pneus dégonflés en raison du poids. "C’est beaucoup de travail pour de l’argent que j’ai déjà gagné en travaillant", se désole-t-il.

Andreas qualifie l’acte de son ancien patron de "chose la plus puérile à faire". Ce dernier, n’aurait pas souhaité répondre aux questions de la chaîne Fox 5, mais a tout de même déclaré pour une télé locale : "Je ne sais pas si j’ai fait ça ou non […] Il a été payé, c’est tout ce qui compte".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK