États-Unis : sans WiFi à la maison, un élève campe devant son école pour suivre les cours en ligne

Jonathan, 9 ans, profite chaque jour entre 8h et 14h45 du WiFi de son école pour suivre les cours en ligne
Jonathan, 9 ans, profite chaque jour entre 8h et 14h45 du WiFi de son école pour suivre les cours en ligne - © capture d'écran - Facebook

Forcé de faire l’école à distance comme de nombreux enfants dans le monde, un jeune américain a été photographié en train d’assister aux cours dispensés en ligne, juste à côté de son école. Le garçon de neuf ans, dépourvu de connexion internet à la maison, profite en fait de la connexion de l’établissement pour pouvoir assister aux leçons.

En Belgique, les cours sont donnés à distance aux élèves du secondaire depuis ce mercredi 28 octobre. Aux Etats-Unis aussi, certaines écoles ont fermé leurs portes afin d’endiguer la propagation du Covid-19. Résultat des courses : tout ce petit monde est cloîtré devant son ordinateur, sa tablette ou même son smartphone, contraint de dialoguer avec ses professeurs par vidéoconférence.


►►► À lire aussi : Cours à distance en secondaire : la fracture numérique est toujours là


C’est le cas de Jonathan, 9 ans. Ce garçon vit à Roswell dans le Nouveau-Mexique. Ne disposant pas d’une connexion WiFi suffisante à la maison, il prend chaque jour le chemin de l’école. L’objectif ? Rester aux abords de l’établissement muni de son ordinateur pour pouvoir profiter de la connexion Internet de l’institut.

"Être à nouveau comme un enfant normal"

Pour se rendre à l’école, le garçon n’a qu’à traverser un champ. Il se retrouve ensuite aux abords du bâtiment et y reste toute la journée et ce, chaque jour.

La maman de Jonathan, interviewée par la chaîne CNN, explique que son fils est plutôt ravi de ce système. "Il m’a dit : 'Ouais, je dois retourner sur la propriété de l’école et je pourrais à nouveau être comme un enfant normal'", a-t-elle raconté. Elle explique aussi que le fait d’être proche du bâtiment lui donne le sentiment d’être à l’école même si elle est vidée de tous les élèves.

Émotion sur les réseaux sociaux

"Le directeur, la secrétaire et quelques enseignants sortent pour le surveiller et vérifier qu’il n’a besoin de rien", a témoigné la maman de Jonathan. C’est d’ailleurs Sabrina, une éducatrice émue de voir chaque jour le garçon dans cette situation, qui a publié une photo de lui sur Facebook début octobre.

This is in Roswell, NM, my home town: This young boy has no internet at his home. He has been getting up and walking to...

Posted by Sabrina Talbott Harbour on Friday, 16 October 2020

"Ce jeune garçon n’a pas internet, a-t-elle écrit. Il est assis ici chaque jour entre 8h et 14h45." Elle se plaint aussi des conditions de vie de certains élèves en raison de la fermeture des écoles. Elle évoque des enfants pour qui l’école est "le seul lieu chauffé qu’ils connaissent" et la cantine "le seul endroit où ils reçoivent de la nourriture". La publication a été partagée près de 4500 fois sur le réseau social.

Face à l’engouement suscité par la situation de Jonathan, une cagnotte a été créée sur la plateforme GoFundMe. Cette initiative vise à financer la scolarité à domicile d’autres enfants dans son cas.

Une situation possible en Belgique ?

En Belgique, aussi, la fracture numérique existe. À Saint-Gilles, un sondage a été réalisé dans une école de 400 élèves et 29% d’entre eux n’ont pas d’ordinateur. Douze n’ont, comme Jonathan, pas de WiFi à la maison.


►►► À lire aussi : Coronavirus et confinement : les Belges toujours plus inégaux pour l’accès à un ordinateur et internet


Le cas de ce jeune américain qui aura 10 ans le mois prochain est donc symptomatique d’une problématique plus large. De quoi rappeler que nous ne sommes pas tous égaux face aux adaptations que nous devons tous faire pour faire face à la crise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK