Espace : pour atteindre Mars, faut-il faire un détour par Vénus ?

La distance de la Terre à Mars est d’un peu plus de 78 millions de kilomètres. Alors pour atteindre notre voisine rouge, qui représente le prochain objectif majeur de l’exploration spatiale, les astronautes cherchent le moyen le plus simple. Par exemple, passer… par Vénus, une autre planète.

L’idée peut paraître saugrenue, mais selon une étude réalisée par plusieurs scientifiques et ingénieurs, ce serait plus court et plus économique de faire un détour par 'l'Étoile du Berger' à l’aller ou au retour. "Vénus est le moyen d’arriver sur Mars", explique Kirby Runyon, géomorphologiste de l’Université Johns-Hopkins à Space.com.

Selon le magazine, si le voyage direct vers Mars semble plus simple, il pose un petit problème : les planètes bougent. Il faudrait donc attendre un an et demi, le temps que Mars et la Terre s’alignent à nouveau, une situation qui ne se reproduit que tous les 26 mois. C’est de ce constat qu’est venue l’idée de passer par Vénus, distante d’environ 42 millions de kilomètres de la Terre. En utilisant la gravité de la planète, une navette passant près de Vénus aurait besoin de beaucoup moins d’énergie, ce qui économiserait du carburant et donc de l’argent. Une telle mission pourrait être lancée tous les 19 mois, et les astronautes pourraient ne rester qu’un mois sur Mars.


►►► À lire aussi : La Chine enverra sa première sonde vers Mars fin juillet


De plus, ce chemin pourrait s’avérer salutaire en cas de problème, estiment les chercheurs. "Cela simplifie grandement la logistique d’un voyage vers Mars, surtout du point de vue de la santé de l’équipage", note Kirby Runyon. Si un retour d’urgence sur Terre s’avère nécessaire, le trajet sera plus court depuis Vénus.

En avril, la NASA annonçait que son futur objectif était de planifier des missions de deux ans sur Mars. "Si l’on prend en compte les formes normales de propulsions, le seul moyen d’aller sur Mars et de revenir en deux ans, c’est en incluant un détour par Mars", conclut Kirby Runyon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK