Éléphants, chevaux, poissons: un cirque allemand remplace les animaux par des hologrammes

Cet éléphant grandeur nature est un hologramme
4 images
Cet éléphant grandeur nature est un hologramme - © Roncalli

Depuis de nombreuses années, de nombreux amateurs de spectacles de cirque tournent le dos aux représentations sous chapiteau lorsque des animaux foulent la piste. Pour parer cette désaffection, le cirque Roncalli met en scène des animaux particuliers. Ce ne sont pas des espèces de chair et d’os qui font rêver petit et grands mais des reconstitutions d’animaux en images de synthèse, plus vraies que nature.

Certains crient au scandale lorsque des bêtes sauvages sont utilisées pour divertir le public des cirques. Depuis plusieurs années, de nombreux pays ou même certaines localités prennent des mesure pour endiguer le problème et répondre à la contestation qui gravite autour des chapiteaux. Depuis 2013, il est d'ailleurs interdit pour les compagnies qui intègrent la Belgique à leur itinéraire de se produire avec des animaux sauvages.


►►► À lire aussi : Ces 18 pays de l'UE qui interdisent les animaux sauvages


Pour que les spectacles gardent quand même des saveurs animalières, certaines troupes itinérantes redoublent d'inventivité. Depuis 1990, le cirque allemand Roncalli a décidé de se plier à la tendance et aux règles en vigueur dans les états en supprimant de son programme les numéros où des espèces animales sont mises en scène. Mais récemment, des animaux d'un autre genre on remplacé ceux qui émerveillaient les enfants avant les années 90 : des hologrammes.

À côté des clowns, trapézistes et autres contorsionnistes, des animaux virtuels aux couleurs bleutées font briller les yeux des spectateurs. À taille réelle, le public assiste à une course circulaire de chevaux, aux imposantes cabrioles d'un éléphant ou à une farandole de poissons, en lévitation. La technologie fait donc son entrée sous les toiles des compagnies circassiennes.  Une façon originale de mettre nos amis à quatre pattes sur les planches sans heurter leurs fervents défenseurs. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK