Des revues scientifiques acceptent un article de 2 personnages des Simpson

Des revues scientifiques acceptent un article de 2 personnages des Simpsons
2 images
Des revues scientifiques acceptent un article de 2 personnages des Simpsons - © BELGAIMAGE

Une "étude" soi-disant scientifique signée par Maggie Simpson, Edna Krapabelle et un certain Kim Jong Fun a été acceptée par deux revues scientifiques sur Internet. Non seulement ces personnages n'existent pas, mais le texte est un véritable non-sens qui vise à prouver qu'un certain nombre de ces publications en ligne n'effectuent pas la moindre vérification.

"'Confuses', les configurations homogènes" : tel est le nom de cet article signé par Maggie Simpson, Edna Krapabelle et Kim Jong Fun. Outre le caractère fictif des auteurs, le titre est déjà douteux. Pourtant, le Journal of Computational Intelligence and Electronic Systems et l'Aperito Journal of NanoScience Technology ont décidé de le publier.

Ces deux "revues scientifiques" en ligne (du moins, elles se présentent comme telles) font partie de ce que certains appellent les "revues prédatrices". Elles inondent les scientifiques de spam leur proposant de publier leur travail, quel qu'il soit, en échange d'une certaine somme d'argent, sans même les faire analyser par des pairs.

Contacté par plusieurs de ces sites, l'ingénieur Alex Smolyanitsky a décidé de leur jouer un mauvais tour en leur envoyant un papier sans queue ni tête. Totalement incohérent et imitant simplement le style et la structure d'une étude scientifique, il a en fait été créé de toute pièce par un amusant générateur aléatoire de texte scientifique appelé SCIgen, ce qui souligne d'autant plus l'amateurisme de ces soi-disant "revues".

À titre d'exemple, voici une phrase tirée du faux article : "Nous avons retiré un lecteur de bande de 8 pétaoctet de notre pôle 'peer-to-peer' ("d'égal à égal", ndlr) pour prouver 'prouvablement' l'influence des symétries 'confuses' sur les travaux du savant fou japonais Karthik Lakshminarayanan."

Malgré ce type d'explications et de raisonnements farfelus, l'une des publications a directement accepté le papier, tandis que l'autre a mis un mois avant de le valider, certainement dans un effort de simuler un travail de vérification.

Alex Smolyanitsky met ainsi en lumière une des faces sombres du monde des publications scientifiques, même si les deux revues lui réclament désormais 459 dollars pour la publication de cet article absurde.

T.M. (@thomasmignon) avec Vox

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK