Des bélugas adoptent un narval égaré dans le Saint-Laurent au Canada

Un narval solitaire, nageant à des milliers de kilomètres de son habitat habituel dans l'océan Arctique, s'est trouvé une improbable famille d'adoption au sein d'un groupe de bélugas du fleuve Saint-Laurent au Canada, selon une ONG québécoise œuvrant à la préservation des mammifères marins.

Le jeune narval, identifiable par sa défense et ses taches grises, a été filmé par des biologistes au cours de l'été, nageant au milieu d'une dizaine de bélugas, une espèce de petite baleine blanche.

Les bélugas l'ont totalement accepté, car autant le narval que ces derniers nagent à la surface de l'eau en se frottant les uns aux autres et en exhibant leurs organes génitaux, a déclaré Robert Michaud, directeur du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM) de Tadoussac, à 215 km au nord-est de Québec.

"Il a trouvé des copains", a dit ce biologiste à l'AFP. "Et ils le traitent comme s'il était l'un des leurs".

Les narvals vivent dans les eaux de l'Arctique, d'où le caractère exceptionnel de la présence de ce spécimen à des milliers de kilomètres de son habitat.

Une interaction rare entre les deux espèces

Le jeune narval a été vu pour la première fois avec les bélugas en 2016 et à nouveau en 2017. Une vidéo du narval en compagnie de sa nouvelle famille a finalement été tournée en juillet par les chercheurs du GREMM, grâce à un drone, ce qui leur a permis de mieux comprendre la dynamique du groupe.

La population de bélugas du Saint-Laurent est la plus méridionale de l'espèce dans le monde et est officiellement considérée en voie de disparition.

Alors que les habitats du béluga et du narval se chevauchent dans une partie de l'Arctique et que ces deux espèces sont étroitement liées, il est rare de les voir interagir entre eux.

Les jeunes baleines ont tendance à errer et lorsqu'elles sont incapables de retrouver les leurs, ces créatures très sociales tentent de se lier d'amitié avec des bouées ou des bateaux, au risque parfois de subir des blessures mortelles causées par des hélices.

Il apprend, dans les faits, à être un béluga

Le jeune narval a été "chanceux" d'être accepté par les bélugas car ceux-ci "se retrouvent souvent dans des situations difficiles" en présence de cette espèce, a noté M. Michaud.

A cet âge, vers cinq ou six ans, les jeunes bélugas mâles socialisent et apprennent entre eux, nouant des liens qui les mèneront à l'âge adulte, ce que les narvals ne font pas.

"Pour que ce jeune narval puisse maintenant survivre, il a besoin de contact avec les autres, il a besoins de copains", selon M. Michaud. "Il apprend, dans les faits, a être un béluga", note-t-il en riant. "Comment ça va se passer? Les narvals et les bélugas vivent jusqu'à 60 ans. Ce sera donc une longue histoire à suivre. Restez à l'écoute".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK