De nouvelles preuves d'un micro-continent englouti dans l'océan Indien

Eruption volcanique à La Réunion 2017
2 images
Eruption volcanique à La Réunion 2017 - © AFP

Un ancien continent inconnu sous les îles Maurice et de La Réunion : la découverte faite en 2013 vient d'être étayée par des scientifiques de l'université sud-africaine de Wits qui publient cette semaine dans Nature une étude avec de nouvelles preuves décisives de l'existence il y a plus de 85 millions d'années de "Mauritia".

De jeunes îles volcaniques qui se forment sur les restes d'anciens continents : ce n'est pas rare, c'est par exemple le cas de l'Islande. On peut déceler cela par la présence dans les matériaux rejetés par les volcans islandais de particules beaucoup plus anciennes que l'île elle-même.

Dans le cas de "Mauritia", les premiers indices avaient été découverts par des géologues en 2013. Il s'agissait d'une vingtaine de micro-cristaux de zircon, un minéral résistant à l'érosion et aux changements chimiques trouvés parmi les sables volcaniques prélevés sur deux plages de l'île Maurice. 

Les cristaux de zircon retrouvés avaient été datés entre 660 millions d'années et 1,97 milliard d'années, soit avant la création de l'île Maurice il y a une petite dizaine de millions d'années. Les zircons aussi vieux les plus proches sont à Madagascar à 900 km de là, ce qui rend improbable le transport de grains par le vent, d'où l'hypothèse d'un ancien continent inconnu, morcelé et coincé entre l'Inde et Madagascar. Il aurait été fragmenté par la dérive des plaques qui a transporté l'Inde de l'Afrique à l'Asie il y a 85 millions d'années, l'Australie et l'Antarctique rejoignant pour leur part leurs positions actuelles.

"Mauritia" aurait ensuite été recouvert par la lave et surtout recouvert par l'océan.

Le 31 janvier dernier, de nouveaux prélèvements ont permis de déceler des zircons en quantité dans les roches volcaniques mauriciennes et surtout de les dater : il sont vieux, très vieux, peut-être même 3 milliards d'années.

Les scientifiques sont donc arrivés à la conclusion qu'il y a beaucoup de matière ancienne sous l'île Maurice ce qui atteste de l'existence d'une ancienne croûte continentale sous cette île. 

Un autre preuve vient en outre corroborer leur thèse : des différences de pesanteur ont été observées, comme en Islande, ce qui indique une croûte terrestre plus épaisse qu'ailleurs, due à la présence d'un ancien continent submergé dont la largeur est estimée à environ 1500 km.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK