Dans le rétro : l’Horeca sevré de la clope depuis dix ans, retour sur un temps (sans filtre) où l’on pouvait fumer un peu partout

C’est une date qui avait marqué, à l’époque. Il y a dix ans, l’interdiction de fumer dans tous les lieux publics du pays était effective. Finies les dérogations pour certains cafés, casinos ou discothèques. Tout le monde était logé à la même enseigne et la législation antitabac franchissait une étape décisive.

Depuis les années 70, les restrictions se sont peu à peu mises en place dans l’espace public. A coup d’avancées de la lutte antitabac, la société et l’usage qu’elle fait de la "sèche" s’est transformée. Et des situations banales pour l’époque peuvent paraître à présent à nos regards contemporains insolites, étranges voire carrément… déroutantes.

Retour, à l’aide d’archives de la SONUMA, un sur un temps où l’on mégotait bien moins sur la cigarette, pipe et autres cigares dans l’espace public. Bouffée de nostalgie ou arrière-goût désagréable dans la bouche pour certains en vue…


A lire aussi : Les photos "choc" sur les paquets de cigarettes : après 5 ans de directive sur le tabac, quels résultats ?


 

Chercher à arrêter de fumer a depuis longtemps été un objectif pour pas mal d’addicts à la cibiche. En 1971, un reportage de ce qui était encore la RTB nous présentait une méthode révolutionnaire venant tout droit d’outre-Atlantique. Découvrons donc dans cette archive un convaincu, sorte de "gourou", tout sourire (et ne se contentant pas d’un micro), tentant de convaincre une assistance plutôt inquiète des bienfaits de la méthode yankee.

Parole à la défense, maintenant. Dans la même émission de 1971, un fabricant de tabac. Il estime quand même que notre spécialiste ci-dessus n’est pas complètement sur le droit chemin… Et s’en remet à la science, tout en restant d’un calme olympien, une "tige" à la main, assez évasif quant aux progrès de celle-ci.

"Tout augmente, mon bon Monsieur !",

Le temps du "tout à la cigarette", époque bénie de l’industrie du tabac de l’après-guerre commence à se dissiper dans les années 70. On assiste alors à des augmentations de prix. Qui ne rebutent pas forcément tout le monde, comme le fait savoir avec décontraction – et un certain franc-parler – cet homme dans un reportage de 1976.

Reportage sur les habitudes de consommation de tabac dans le Royaume en 1979. Des phrases, familières à l’époque actuelle, sont déjà prononcées :

Qu’est-ce qu’on peut encore faire ? On peut plus fumer, on ne peut plus boire, on peut plus manger trop. Qu’est-ce qu’on peut faire encore ?

Premières décisions…

Tout d’abord dans les transports publics. A partir du 14 septembre 1976, il est interdit de fumer dans les transports en commun. Sauf dans les compartiments prévus pour les fumeurs. Cependant, ce n’est qu’en 1981 que la STIB interdira de s’en griller une en station. Ici, un reportage réalisé à Bruxelles, où on a le privilège d’entendre un joli communiqué.

Observez quand même la certaine fébrilité du directeur d’exploitation de la Stib, qui justifie la mesure. Hors de question de se mettre à dos les fumeurs :

C’est la sécurité. Dites-vous bien, c’est uniquement cela

Mises en garde…

L’impact nocif du tabac sur la santé, on commence à en parler dans les médias. Même Monsieur Zygo s’y colle dans ce reportage de 1977, où on se veut pédagogiques et où on assiste à des manifestations contre la cigarette. Des enfants nous parlent alors de tabagisme passif.

C’était bon ? Beeeurk

O tempora, O mores ! Dans cette archive surprenante, on peut voir un Guy Lemaire qui se la joue "provoc'". Un lancement hallucinant à l’heure de 2021 pour parler de la semaine antitabac et en même temps d’une course amateur à Seraing. Nous sommes en 1981. On pouvait encore fumer sur les plateaux télé.

A l’époque, on pouvait encore s'en griller une à l'aise dans le petit écran. Les plus anciens se souviennent des plateaux enfumés de Michel Polac littéralement bleus. Mais on fumait aussi chez les Pivot, Drucker, Ardisson et consorts… Maintenant, ce temps est révolu, comme le précise le CSA français.

Omniprésentes volutes

Dans l’espace public, le tabac était un peu partout. Publicités, films, affichages en tout genre… Depuis que les Américains distribuaient chocolats, chewing-gum et paquets de clopes depuis leurs chars en 44-45, les confrontations ne fût-ce que visuelles avec le tabagisme faisaient florès. Et il n’était pas rare de voir aussi des personnalités, dans tous les domaines, à l’instar des Brel, Montand, Welles, De Gaulle, Chirac, Deneuve (et avec Gainsbourg dans son "Dieu est un fumeur de Havane") s’allumer une petite gitane sans complexe.

Sans oublier Churchill mâchonnant ses célèbres cigares.

10 images
Le coureur cycliste Joseph Hoevenaers s’allume une petite pipe, tranquille, durant une pause sur le Giro, à Milan, le 1er juin 1960. © BELGA
Le Prince Albert de Belgique (futur Roi Albert II) en 1970 © BELGA
Le ministre des Affaires étrangères Louis Michel durant une réunion de l’OTAN, en 2000 © BELGA

Citons aussi quelques aficionados s’affichant régulièrement avec une pipe, comme Georges Simenon, Georges Brassens, Albert Einstein, Claude Chabrol, Bernard et Bertrand Blier ou plus récemment José Bové, Etienne Davignon ou encore Marc Uyttendaele.

La législation s’accélère

Depuis, cela existe toujours mais cela est plus rare. Les publicités sont interdites. On ne crapote plus comme on veut. En France, la loi "Evin" de 91 a radicalement changé les choses. En Belgique aussi. La même année, il est interdit de fumer dans les lieux interdits au public. Et pour ce qui est de l’espace public, des débats ont lieu. L’industrie du tabac est un lobby (déjà) puissant… On se souvient de la "loi anti-publicité pour le tabac" qui créa un mini-séisme politique à cause du Grand Prix de Spa-Francorchamps à partir de 1997.

Peu à peu, les lignes bougent tout de même, et des questions auxquelles on n’aurait pas pensé quelques années plus tôt surgissent…

Quid par exemple des cigarettes… en chocolat ? Ce reportage signé Isabelle Huysen pour le JT d’Anne Goderniaux en 2000, pointe un type de confiserie – tombé depuis en désuétude —. A cette époque, Saint-Nicolas ou les cloches de Pâques amenaient encore souvent dans leurs musettes ce type de petit bonheur gustatif.

Wagon-clope

10 images
Henri Troyat, prix Goncourt et académicien français, dans un wagon en gare du Nord de Paris, en 1947. © AFP

On se souvient également des wagons "fumeurs". Ils ont été supprimés par la SNCB en 2004. Ce fut une petite révolution à l’époque – il y eut aussi entre-temps la période, rappelez-vous, des "coins fumeurs" au sein même des wagons classiques, où les fumées ne s’arrêtaient pas forcément aux autocollants…-

10 images
Espace fumeur dans un train en gare de Charleroi en 2002 © BELGA
Opération politique au calembour disons "osé", en France en 2007 © AFP
En Allemagne, c’est en 2006 que les gares furent exemptes de bouffées de nicotine. © AFP

Des cendres au décollage

Et que dire des avions ? Il était encore permis de fumer il n’y a pas si longtemps. L’interdiction fut mise en place aux Etats-Unis en 90, sur les vols Air France en 2000 et finalement, pour toutes les compagnies du monde, la chose fut faite en 2015.

Une taffe dans les airs, on le voit donc encore régulièrement dans les films pas si anciens que ça. Ainsi, rappelez-vous de Gérard Depardieu, stressé – bon, on peut le comprendre — qui saute sur son paquet face à Pierre Richard, au début des années 80…

Extrait de "La Chèvre" de Francis Veber (1981)

La clope n’a plus la cote

Dans les années 2000, il y aura aussi l’interdiction de fumer sur son lieu de travail (sauf dans des fumoirs prévus à cet effet), en 2006, l’interdiction de vente au moins de 16 ans (2004), dans les restaurants (2007). Plus tard ce seront donc l’Horeca et tous les lieux fermés (2011), la vente au moins de 18 ans (2019), la fin des cigarettes mentholées, les photos flippantes sur les paquets, puis les paquets neutres (2020). Il y eut aussi l’apparition des e-cigarettes et du vapotage. Le débat est encore présent pour le moment sur ses méfaits. Par ailleurs, beaucoup moins de polémique sur l’interdiction de fumeur en voiture en présence d’un mineur, entré en application en Belgique en 2019.


A lire aussi : Tabac : fumée blanche contre la pub ?


La loi entrée en vigueur il y a dix ans maintenant s’inscrit donc dans la continuité d’un véritable changement de perception des autorités et des citoyens sur la cigarette et la santé publique.

Il n’y a pas de fumée sans feu, dit-on. Il y a 50 ans, notre thérapeute de groupe à la méthode américaine et au sourire enjôleur mettait donc son public plutôt circonspect déjà sur la bonne voie ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK