Coronavirus au Danemark: le dépistage prend des airs de fête dans un "partybus"

Coronavirus au Danemark: le dépistage prend des airs de fête dans un "partybus"
Coronavirus au Danemark: le dépistage prend des airs de fête dans un "partybus" - © Tous droits réservés

Retrouver les rythmes disco par temps de pandémie? C'est possible au Danemark où un "partybus" (un bus discothèque) métamorphosé en centre de dépistage itinérant, sillonne les rues d'une banlieue de Copenhague.

"Les partybus ne sont pas utilisés pour faire des fêtes puisque tout est mort dans ce secteur en ce moment, donc ces bus sont disponibles. Il faut faire très peu de changements pour les transformer", explique mercredi à l'AFP le maire de Glostrup, John Engelhardt.

Néons et boules à facettes sont toujours là, et s'il n'est plus possible de commander une bière pression ou de consommer de l'alcool, la musique résonne dans les enceintes et contribue à une atmosphère beaucoup plus décontractée que dans les autres centres de test.

Conformément à la stratégie gouvernementale qui encourage les Danois à se faire dépister régulièrement même sans symptômes, son ambition est de permettre au plus grand nombre de se faire tester, en rapprochant les centres des lieux de travail.

Mercredi, le partybus s'est notamment garé devant deux écoles. "On est plus exposés en tant que professeur. Avec le partybus, on est en plus grande sécurité", se félicite Julie, une enseignante de 32 ans. "C'est plus facile de le faire ici, plutôt que d'aller dans un centre après le travail", renchérit sa collègue Sine, qui a trouvé le dépistage "agréable".

Entre les néons et la musique entraînante, les utilisateurs masqués oublient l'étroitesse de ce lieu insolite et les soignants se prennent au jeu, dansant entre chaque patient et les ouvertures et étiquetages d'écouvillons.


►►► À lire aussi: Coronavirus au Danemark : une loi pour vacciner "de force" une partie de la population fait grincer des dents


"C'est marrant de travailler et d'écouter de la musique, de voir les lumières", confie Theresa Kay-Heeno, responsable du dépistage dans le partybus. Pas question pour autant de sacrifier au protocole sanitaire. "La qualité du test et l'hygiène sont au top", assure-t-elle.

En cinq jours, 1.500 personnes ont été testées dans le bus qui restera en service "aussi longtemps que nous en avons besoin", selon M. Engelhardt. En semi-confinement depuis Noël, le Danemark a rouvert lundi ses écoles primaires à la faveur d'un ralentissement du nombre de nouveaux cas. Commerces non essentiels, bars et restaurants, lieux culturels, collèges, lycées et universités restent notamment fermés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK