Coronavirus au Cachemire : en manque de respirateurs il transforme un lecteur cd

Waseem Ahmad Nadaf habite Srinagar au nord-ouest de l’Inde. Inquiet de la pandémie de coronavirus dans son pays et du manque de respirateurs, l’homme a inventé son propre prototype à partir d’un lecteur CD.

"Lorsque cette pandémie a commencé, j’ai lu un article sur le Cachemire, qui disait qu’on avait que 72 respirateurs. C’était en mars" explique l’homme à l’AFP. "J’ai donc commencé à y réfléchir car les pays occidentaux n’avaient plus de respirateurs et la fabrication de masques s’est arrêtée à cause de la pandémie, alors j’ai dû trouver une solution."

Dans sa petite chambre, il fait des dessins, des croquis, monte, assemble… Au final, un drôle d’appareil qui souffle de l’air.


►►► Lire aussi : coronavirus en Inde : dans un hôpital de Delhi, les médecins surchargés "se préparent au pire"


"J’ai commencé à observer les objets dans ma maison et à casser mon téléphone, mon imprimante, puis mon processeur et j’ai rassemblé toutes les choses, les choses utiles, pour pouvoir les organiser et leur donner une nouvelle vie."

Bien que son appareil soit encore au stade du prototype, le jeune inventeur espère pouvoir aider beaucoup de monde.

"Jusqu’à présent, le prototype est entièrement fait de matériaux recyclables, les rebuts que j’avais chez moi, comme les boîtes à savon, nous avons un lecteur de CD et nous avons un moteur provenant d’une vieille imprimante. Mon idée de fabriquer ce respirateur était, en cas d’urgence, de trouver comment nous pouvions fabriquer ces respirateurs au niveau local afin d’aider les populations locales et de les reproduire dans différentes régions."

L’Inde, toujours plus touchée

Le bilan en Inde de l’épidémie de coronavirus, en expansion, s’est alourdi de 2000 morts en un jour, portant le total à 11.903 décès, selon les nouveaux chiffres officiels publiés ce mercredi.

L’épidémie de maladie Covid-19 continue de faire rage et de progresser dans le deuxième pays le plus peuplé de la planète, inquiétant notamment les chancelleries étrangères. Alors que le système de santé indien est déjà saturé en de nombreux endroits par les patients du Covid-19, les experts estiment que le pic reste encore à venir.

La hausse brusque de mercredi est toutefois partiellement imputable à des révisions de chiffres à Bombay et New Delhi, deux des villes les plus durement frappées, pour intégrer dans le bilan du Covid-19 des décès antérieurs qui n’y figuraient pas.