Comment tourne la tête du hibou? Le secret révélé d'une rotation à 270°

Un hibou au zoo de Londres
Un hibou au zoo de Londres - © Ben Stansall

Le hibou peut tourner sa tête presque entièrement sur elle-même sans arrêter la circulation sanguine dans le cerveau ni endommager ses vertèbres cervicales, un mystère résolu par des chercheurs, selon leur étude publiée dans la revue Science.

La tête de ces oiseaux de nuit peut faire une rotation de 270 degrés, pour seulement 90 pour l'homme, afin d'élargir leur champ de vision. Car leurs yeux, de forme cylindrique, et non ronde comme chez les humains et de nombreux animaux, ne peuvent pas bouger latéralement.

"Jusqu'alors, les spécialistes, comme moi, des blessures humaines provoquées par des traumatismes des artères de la tête et du cou, étaient étonnés que les mouvements rapides et extrêmes de la tête des hiboux ne les tuent pas", explique à l'AFP le Dr Philippe Gailloud, neuroradiologue à l'université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland, est), principal auteur de cette recherche.

Une rotation brutale de la tête et du cou chez les humains ou les animaux peut en effet déchirer l'enveloppe de ces vaisseaux qui alimentent le cerveau en sang, et provoquer la formation de caillots responsables d'embolie ou d'attaque cérébrale.

Des adaptations qui permettent une rotation extrême

Recourant à des angiographies et des scanners, ces chercheurs ont examiné l'anatomie de plusieurs dizaines de hiboux morts de cause naturelle et découvert plusieurs adaptations biologiques permettant cette rotation extrême.

Tout d'abord la souplesse de son cou s'explique par le fait que le hibou possède quatorze vertèbres cervicales pour sept chez l'homme.

De plus, ses deux artères carotides se situent au centre du cou, et pas sur les côtés comme chez les humains et nombre d'animaux.

Le diamètre des carotides des hiboux ne se rétrécit pas en traversant le cou mais s'élargit même à la base de la tête, juste au-dessous de l'os de la mâchoire formant des réservoirs de sang qui aident à assurer le flux sanguin lors de rotations extrêmes de la tête.

Des artères cérébrales 10 fois plus larges

En outre, les conduits osseux où se trouvent les artères vertébrales de ces oiseaux sont environ dix fois plus larges en diamètre, un espace qui se remplit d'air et forme une poche de protection. Or chez les humains ces canaux ont un diamètre très proche de celui des artères qu'ils contiennent.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK