Bruxelles : une plaque commémore la fin de carrière de l’ex-député hongrois, József Szájer, ayant participé à la "partouze covid"

C’est une histoire qui a fait le tour du monde. Le vendredi 27 novembre dernier, la police est appelée pour interrompre une fête qui ne respecterait pas les mesures sanitaires et le couvre-feu d’application en Région Bruxelles-Capitale. A leur grande surprise, les agents surprennent une orgie dans laquelle la drogue et l’alcool circulent. Parmi les participants, un député européen conservateur hongrois, József Szájer, qui tente de s’échapper par la gouttière avant d’être interpellé par la police bruxelloise.

C’est sur la gouttière désormais mondialement connue que József Szájer a choisie pour tenter de se soustraire aux forces de l’ordre qu’une plaque a été apposée. Les auteurs : quatre Hongrois vivant à Bruxelles.


►►► A lire aussi : La Hongrie et la Pologne devant la Commission européenne pour non-respect des droits de l’homme


Sur la plaque commémorative, on peut lire à côté de la photo de l’ex-député, en hongrois et en anglais : "La carrière politique de József Szájer, membre du Parlement européen pour le Fidesz [nom du parti politique conservateur de Viktor Orbán, ndlr] et le Parti populaire européen s’est terminée ici, quand il a tenté d’échapper aux autorités en utilisant cette gouttière après avoir participé à une orgie remplie d’ecstasy pendant la pandémie de Covid-19 le vendredi 27 novembre 2020."


►►► A lire aussi : Coronavirus : la Hongrie réintroduit l’état d’urgence face à la hausse des cas de Covid-19


"Nous sommes tous des jeunes avec des sentiments d’opposition, il y avait donc évidemment une forte motivation politique aussi", explique Barnabás, l’un des auteurs de la plaque, à nos confrères hongrois de Telex. "La plaque est rapidement devenue populaire auprès des Bruxellois et samedi après-midi, de petits groupes se sont rassemblés devant la plaque pour la prendre en photo", conclut-il.

József Szájer a démissionné de son poste de député dans la foulée de l’affaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK