Attention pour vos vacances : la tique tigrée, potentiellement dangereuse, s’est établie dans le Sud

Depuis cinq ans, les scientifiques observent l’apparition de la tique Hyalomma marginatum, à savoir la tique tigrée, dans le pourtour méditerranéen. Si elle est présente sur la Corse depuis plusieurs décennies, sa présence sur l’Hexagone est assez récente. Cette espèce de tique peut "transmettre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, virus encore non détecté en France", indique le Cirad, institut de recherche agronomique pour le développement.

Mais contrairement à l’espèce "Ixodes ricinus, cette tique n’est pas vectrice de la bactérie responsable de la maladie de Lyme".

La tique tigrée, tique presque géante

A sa taille adulte, la tique tigrée peut atteindre jusqu’à 8 mm. C’est grand. Mais plusieurs espèces présentent cette caractéristique ; c’est pourquoi pour, Laurence Vial et Frédéric Stachurski, vétérinaire et chercheur au Cirad, "il est exagéré de la qualifier de géante mais on peut parler de tique à pattes rayées car cela permet de la reconnaître facilement".

Cette espèce a actuellement étendu son installation sur une large partie du bassin méditerranéen. En effet, on la retrouve dans plusieurs départements français : les "Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Var, ainsi que dans le sud de l’Ardèche", détaille l’institut.

Potentiellement dangereuse

En général la tique, à l'âge adulte, se fixe sur l'animal. Notamment sur les chevaux, les bovins, les chevreuils ou encore les sangliers. Mais elle peut parfois aussi se déplacer et se fixer sur l’homme, "accidentellement, lorsqu’ils sont immobiles et beaucoup plus rarement lorsqu’ils sont en mouvement", explique l’institut.

En fait, "contrairement à d’autres espèces de tiques en attente d’un hôte sur un brin d’herbe, elle se déplace vers l’hôte qu’elle repère par les vibrations du sol et par sa respiration".

Le problème c’est que cette tique tigrée peut potentiellement transmettre à l’homme le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHFV). Ce virus peut provoquer des flambée de fièvre hémorragique virale sévère et présente "un taux de létalité de 10 à 40%", précise l'Organisation mondiale de la santé.

Pour l’heure, le virus n’a encore jamais été détecté chez l’homme, en France. Toutefois, certains animaux ont été testés positif. Présente dans plusieurs parties de l’Europe, notamment de la Grèce à l’Albanie, dans les Balkans, en Roumanie ou encore en Crimée, elle a aussi fait récemment son apparition en Espagne, explique le Cirad.

Archives : Journal télévisé du 17/05/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK