À 94 ans, une Chinoise sort du coma et ne parle plus sa langue

"Where am I ? What is happening ?" (Où suis-je ? Que se passe-t-il ?). Ce sont les premiers mots de cette chinoise de 94 ans à la sortie de son coma. Elle n'avait plus pratiqué la langue de Shakespeare depuis sa retraite, soit 30 ans auparavant, selon les dires de sa famille relayés par Central European News. Un médecin anglophone est venu rapidement confirmer la chose, aussi surprenante soit-elle.

Liu Jieyu a été admise dans cet hôpital de la province du Hunan suite à un infarctus cérébral, c'est-à-dire un type d'accident vasculaire cérébral (AVC) "provoqué par une diminution plus ou moins importante du débit sanguin dans le cerveau", explique le site du magazine français Sciences et Avenir. "Un phénomène qui provoque une diminution importante de l'oxygénation des cellules du cerveau qui, de fait, peuvent être sévèrement atteintes."

"Plasticité cérébrale"

"Nous supposons que la région impliquée dans sa capacité à parler chinois a été endommagée, explique le Dr Tao Hou, responsable de ce cas bien particulier. Mais les cellules du cerveau ayant la capacité de se régénérer dans une certaine mesure, nous espérons au moins observer une amélioration. Nous prévoyons qu’avec une rééducation adaptée et du repos, elle devrait recouvrer sa capacité à parler le chinois."

En attendant, puisque la partie du cerveau lui permettant de pratiquer le chinois n'est plus utilisable, c'est une autre région du cerveau qui a pris le relais, celle qui est employée pour parler une langue étrangère (quelle que soit la maîtrise de celle-ci) et qui permet ainsi de répondre au besoin de communiquer. C'est ce qu'on appelle le phénomène de "plasticité cérébrale" : le cerveau réoriente la demande vers une région capable d'y répondre.

 

T.M. avec Sciences et Avenir

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK