À 11 ans, un garçon parcourt 2735 km à pied pour rejoindre sa grand-mère à Londres

Sur son parcours, Roméo a pu observer des splendides paysages
2 images
Sur son parcours, Roméo a pu observer des splendides paysages - © Facebook : Romeo's big journey home

La crise sanitaire du Covid-19 nous pousse à faire des choses que nous n’aurions jamais faites dans d’autres circonstances. L’histoire de Roméo Cox, 11 ans, en est un parfait exemple. Pour rendre visite à sa grand-mère, il a parcouru la route qui sépare Palerme et Londres à pied. Accompagné de son père et durant 93 jours, il a marché entre Palerme et Londres. Son périple a duré 93 jours tandis que 2735 kilomètres séparaient le jeune garçon de sa destination.

21 septembre 2020, Trafalgar Square. Le petit Roméo atteint enfin son but : Londres. Parti le 20 juin de Palerme où il vit, il a fallu près de quatre mois au tandem qu’il compose avec son père pour parcourir la distance qui les séparait de sa grand-mère, Rosemary, 77 ans. Il faut croire que sa mamie lui manquait beaucoup.

Exit l’avion

Si en temps normal, toute la famille aurait fait le déplacement en avion, le Coronavirus a compliqué les choses. Durant le confinement, Roméo a élaboré son plan. "2800 kilomètres est un long chemin mais j’avais tout prévu, quelles provisions emmener et comment rester prudent par rapport au virus durant mon voyage, incluant le masque, les distances et si nécessaire, une quarantaine", écrit-il sur la page web dédiée à son voyage.

Né d'un père anglais et d'une mère italienne, le jeune garçon a passé toute son enfance en Angleterre. Il y a un an, toute la famille déménage en Sicile. Si un vol reliant les deux villes dure un peu plus de trois heures, la situation a été rendue compliquée par l'épidémie qui traverse l'Europe. "Après plusieurs mois de lockdown, et avec tous les vols annulés, j'ai décidé secrètement de faire le voyage à pied", raconte Roméo. Même si la situation a évolué entre son plan et son départ, Roméo a tenu à voyager à pieds coûte que coûte : "Même si les avions reprennent, je ne veux pas les utiliser, ils abîment la planète et il n'y a rien à voir depuis la fenêtre", a-t-il écrit avant son départ.


►►► À lire aussiCoronavirus : l'Europe recommande la distanciation lors de voyages en avion, les compagnies s'y opposent


Si Roméo a emmené son père comme seul compagnon de route, il explique que c'est essentiellement pour toutes les situations "d'adultes", comme par exemple le passage des frontières.

2.735 kilomètres

Durant les 93 jours d'expédition, la route a été longue et jalonnée d'aventures. "On s'est perdu plusieurs fois", a raconté le garçon au quotidien The Sun. Il se souvient aussi s'être blessé le pied, avoir échappé à un chien sauvage à Rome ou avoir dormi sous un nid d'abeilles, "ce qui n'était pas une bonne idée", s'amuse-t-il. "Mais je n'ai jamais pensé à abandonner", insiste Roméo.

Sur son parcours, le binôme a traversé toute l'Italie, une petite partie de la Suisse et la France pour finir au Royaume-Uni via Calais. À raison de 18 à 20 kilomètres par jour, Roméo a documenté son voyage au jour le jour sur une page Facebook dédiée et suivie par près de 2000 personnes.

Résultat des courses : lui et son père sot aujourd'hui en quarantaine. Ils sont isolés pour 14 jours, sans quoi ils risquent d’écoper d'une amende de 10.000 livres. Passé ce délai, le garçon pourra enfin serrer sa grand mère dans ses bras.

Un but caritatif

En plus du simple objectif de rendre visite à Rosemary, le binôme a lancé deux cagnottes sur internet afin de récupérer des fonds pour des associations. Ce sont pas moins de 12.750 euros qui ont été récoltés pour des associations de soutien aux réfugiés et aux journalistes indépendants, le père de Roméo étant journaliste.

Depuis le début de son voyage, l'initiative du jeune garçon a intéressé de nombreux médias. Si nombre d'entre nous se souviendront de l'année 2020 à cause de l'épidémie de Coronavirus, Roméo aura lui un tout autre souvenir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK