"Prout" dans nos articles : que s'est-il passé ?

"Prout" dans nos articles : que s'est-il passé?
4 images
"Prout" dans nos articles : que s'est-il passé? - © Tous droits réservés

Il s’est glissé au bas de nos articles, ni vu ni connu. Précision : au bas de TOUS nos articles. Pendant moins d’une heure ce lundi. "Prout", donc. Dans le contexte assez lourd de l’actualité, ce petit mot a pu faire sourire ceux qui l’ont remarqué. Mais c’était bien involontaire… Alors que nous est-il arrivé à la rédaction ?

Une erreur humaine

A la rédaction, quand on a remarqué l’incongruité, l’équipe web a d’abord pensé à un possible piratage. L’apparition du mot ne pouvait techniquement pas venir d’un journaliste. Pour le responsable adjoint du site info, Thomas Mignon, c’était un mélange d’amusement – "en ces temps moroses, au pire, ça a fait sourire quelques personnes" – et d’empressement à trouver une solution - "on est un site sérieux et là, on paraît ridicule l’espace d’une heure".


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici


Pas de piratage au final, mais bien une erreur humaine du côté de l’équipe des développeurs informatiques (une équipe d’une vingtaine de personnes chargée d’une trentaine de sites web, de la plateforme Auvio et des applications). L’erreur interne, c’était d’ailleurs la première hypothèse de Luc Thunissen, responsable Applications et Produits au sein du Pôle Technologies. "Devant un souci de ce type, on commence par balayer devant notre porte", dit-il.

En l’occurrence, il s’agissait d’un test dans l’optique de faire apparaître un message d’information pendant une maintenance technique concernant l’abonnement à une newsletter. "Les développeurs ont une plateforme de test pour faire des essais sans que ça impacte le public", explique Luc. "Quand ils sont dans leur environnement de test, il peut leur arriver d’utiliser des mots non adaptés, ensuite ils font attention d’enlever ce qu’ils ont pu mettre de bizarre. Ici il y a eu un 'trou dans la raquette' : un oubli dans le passage entre la plateforme de test et la production".

Un oubli, cela peut arriver. Voilà pourquoi, selon les bonnes pratiques, il est préférable d’utiliser des termes, disons, plus professionnels. Ce fut donc l’occasion d’un petit rappel au sein de l’équipe. Fin de l’incident. Ou presque.

Une image détournée

Cette apparition cocasse a donné des idées à des internautes. Et voilà qu’on a pu voir circuler sur Facebook une image de la Une du site avec le titre suivant : "Coronavirus en Belgique, la Flandre moins touchée ? 'Elle a juste dix prouts de retard sur la situation épidémiologique au sud du pays'", avec la photo d’Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus.

Ici, le développeur n’y est pour rien. Des internautes ont fabriqué une image de la Une du site Info de la RTBF en détournant un titre bien réel. Une manipulation très simple, qu’on peut réaliser sur la simple base d’une capture d’écran, mais au résultat assez réaliste. Ce qui en aura piégé plus d’un, y compris en interne (et prout)...

Cette blague-là était donc volontaire et elle sera restée cantonnée au réseau social : un coup d’œil au site Info permettait de vérifier que notre Une, elle, n’avait pas changé. De quoi se souvenir malgré tout que face aux images qui circulent sur les réseaux sociaux ou ailleurs, la prudence reste de mise. Le retour aux sources, un réflexe toujours utile.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK