La fin du masque en studio, pourquoi maintenant ?

Cela n’aura pas échappé aux auditeurs et téléspectateurs attentifs comme Luc, visiblement fidèle de l’émission Matin Première, qui était le premier à réagir sur Twitter. Depuis ce lundi matin, les animateurs, journalistes, chroniqueurs et invités des différentes émissions radio et télé de la RTBF ne portent plus de masque à l’antenne.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici


 

5 images
En spectateur attentif, Luc a immédiatement remarqué le changement et questionné sur la raison. © Tous droits réservés

"Pour quelles raisons" abandonne-t-on les masques, demande Luc. Alors, de la même manière qu’il y a six mois, nous avions décidé de vous expliquer la raison du port du masque en studio et le moment choisi, voici les coulisses de cette décision.

Ce lundi matin, François Heureux est parmi les premiers à "profiter" des nouvelles dispositions. Je dis "profiter" parce que comme présentateur de la matinale, François s’exprime sur antenne pendant deux heures. Le masque, c’est donc un inconfort : "Je pense qu’il y a beaucoup de choses qui passent par les mimiques de la bouche. La voix ne se déploie pas totalement quand on est masqués, il n’y a rien à faire. Il y a une barrière. Enlever cette barrière, c’est mieux pour un animateur d’émission radio où la voix a quand même son importance. Mais ce n’était pas non plus une galère incroyable et une torture pendant deux heures. Disons que c’était un inconfort et ça fait du bien qu’il ne soit plus là".

5 images
Pour la première fois depuis 6 mois, François heureux a présenté Matin Première sans masque © RTBF

Cette sensation semble partagée par les membres de l’équipe puisqu’au cours de l’émission, aucun des journalistes, chroniqueurs ni même invités n’a souhaité garder le masque ce matin. "J’ai bien été clair avec tout le monde, précise François. On peut enlever le masque, mais on peut aussi le garder. Ce matin, tout le monde a fait le choix de l’enlever, y compris notre invité, le Ministre-président bruxellois Rudi Vervoort".

En réalité, si vous êtes auditeur de la matinale, vous aurez déjà eu une partie de l’explication sur antenne. Ainsi à 8h17, François nous disait au micro : "Vous l’avez peut-être entendu ou vu si vous nous suivez en streaming sur Auvio ou sur Bx1, on a tombé le masque ce matin. Des experts ont validé la configuration. Les distances et l’aération en studio. On continue bien sûr de respecter les gestes 'barrière' partout dans nos bâtiments et le télétravail quand c’est possible : l’épidémie n’est pas terminée".

5 images
Si à l'antenne, l'équipe de Matin Première a baissé le masque, en régie, les collègues continuent de le porter pour respecter les gestes barrières © RTBF

Pourquoi maintenant ?

Allons en discuter avec Fabrice Henrioul. A la RTBF, il est le responsable du SIPP, le Service interne pour la prévention et la protection au travail, c’est-à-dire le département qui s’assure du bien-être du personnel. C’est son équipe qui a été chargée de formuler les recommandations pour ce nouveau protocole sanitaire : en particulier, donc, pour le port du masque à l’antenne. Ici, le SIPP a imaginé un projet adapté à chacun des studios, en fonction de leur taille pour permettre la distanciation d’1m50 au moins, mais aussi en fonction du renouvellement et de la qualité de l’air.

5 images
Chaque studio de la RTBF fait l'objet d'un plan détaillé © RTBF

"Ce qu’on a mis en place, c’est une jauge", explique Fabrice. "On dit que dans tel studio, trois personnes, par exemple, peuvent être en même temps sans devoir porter le masque. Si on déroge à cette jauge de trois personnes, c’est simple, on remet le masque". Fabrice explique aussi que le processus est évolutif. Et que cette première étape d’allègement des consignes n’a pas été prise à la légère. Au contraire : "on a un devoir d’exemplarité qui fait partie de nos missions de services publics", explique Fabrice. Pour lui, pas question de retirer le masque sans être en phase avec le Codeco : "Comme la situation épidémiologique (les chiffres, les vaccins) permet de rouvrir les terrasses des bars et des restaurants, on estime qu’elle permet aussi d’alléger nos mesures". Fabrice explique que la proposition de protocole avait même été soumise à l’épidémiologiste Marius Gilbert pour connaître son avis.

Puisque c’est une situation évolutive, il y aura forcément d’autres phases. "Le prochain changement portera probablement sur la jauge", estime Fabrice Henrioul. En d’autres termes, le nombre de personnes sans masque par studio pourrait être revu à la hausse. Éventuellement après la pose de plexiglas.

Se posera aussi inévitablement la question du retour du public dans nos émissions. Après les articles "Porter le masque en studio, pourquoi maintenant ?" et "La fin du masque en studio, pourquoi maintenant ?", attendez-vous donc à un troisième épisode : "Le retour du public dans nos émissions : le pourquoi du comment".

 


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : . Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK