Faky, nouvel outil RTBF pour lutter contre la désinformation, suspendu, reviendra dans une version améliorée

Vous doutez d’une information qui circule sur les réseaux sociaux ? Vous vous demandez si la dernière photo qui fait le "buzz" n’est pas détournée ? Vous voulez savoir si un site d’info est fiable ? En quelques clics, Faky, le nouvel outil de vérification des informations développé par la RTBF, vous aide à faire la part du vrai et du faux. Plusieurs personnes de la rédaction ont contribué à sa création. Voici l’essentiel à savoir sur Faky.


L'accès public à la plateforme a été temporairement suspendu. Voici ce qu'on peut désormais lire sur le site : 

"Faky a pour vocation d’être un outil d’aide pour lutter contre la désinformation et encourage l’esprit critique. L’ensemble des questions soulevées par la mise en ligne de la version Bêta de l’outil nous permet déjà de mener des actions pour l’améliorer. Faky revient dans une version améliorée très prochainement. Merci pour vos retours."

Plus d'information sur les raisons de cette décision, à lire dès à présent sur la page INSIDE de la rédaction. 


Une plateforme pour les journalistes et pour le grand public

"Jusqu’ici, en cas de doute au sujet de la véracité d’une information, explique Grégoire Ryckmans, journaliste en charge du développement de Faky, il fallait utiliser plusieurs outils qui permettent de faire du Fact Checking, enquêter sur la fiabilité des sites, croiser les informations, multiplier les sources, etc. Ces recherches peuvent prendre beaucoup de temps et peu de gens ont l’occasion de consacrer plusieurs heures par jour à la vérification des informations. Maintenant, plusieurs outils sont centralisés sur une seule plateforme conçue pour les journalistes mais aussi pour le grand public".

Faky est disponible via le site web "faky.be". Mais c’est aussi une application que vous pouvez installer sur la page d’accueil de votre smartphone sans passer par les "stores" Android et Apple. Après quelques visites sur le site avec votre mobile, Faky vous invitera à l’installer et vous bénéficierez automatiquement des dernières mises à jour.

Ce n’est pas une baguette magique

Chacun peut alors s’essayer à estimer la véracité des informations qu’il voit circuler sur internet et ainsi traquer les "fake news" qui se rependent de façon virale sur les réseaux sociaux, notamment. "C’est un outil d’éducation aux médias, pas une baguette magique, précise Grégoire Ryckmans. L’objectif est avant tout d’aider le public à faire le tri entre les informations fiables et celles qui ne le sont pas. Après, c’est à chacun de continuer à avoir une démarche critique et à se faire sa propre opinion."

Comment ça marche ?

Faky a été conçu pour répondre à plusieurs cas de figure :

  • Estimer la fiabilité d’une information parue sur un site web

Il suffit de copier/coller l’URL de l’article en question dans la fenêtre de recherche de Faky. Après quelques secondes d’analyse, l’application estime le niveau de fiabilité de l’article sur une échelle de 1 à 5. Une opération réalisée grâce à l’intervention de plusieurs outils qui travaillent à la fois sur l’analyse des sources mais aussi sur le contenu de l’article. Ces outils analysent le contenu de l’article en fonction de la syntaxe, la subjectivité et la dissémination de contenus similaires. Le tout grâce à des applications basées sur de l’intelligence artificielle.

  • Consulter des articles de Fact Checking sur des thématiques précises

Vous vous posez des questions sur le réchauffement climatique ou l’alunissage d’Apollo 11, par exemple ? Lancez tout simplement une recherche par mot-clé ou posez une question. Faky interrogera alors la base de données de tous les articles de Fact Checking de la RTBF et de ses partenaires (France Info, TV5 Monde, France 24, Le Monde, Radio Canada, Hoax net) et vous proposera une série de papiers creusant la question que vous vous posez avec une démarche journalistique et/ou collaborative.

  • Analyser des images

Vous vous demandez si une photo est fausse ou détournée (par exemple utilisée pour illustrer une situation qui ne correspond pas au lieu ou à la date où elle a été prise) ? Pour vérifier, enregistrez l’image et glissez-la dans la fenêtre de recherche de l’onglet "Image". Faky répertorie les sites où une image identique a été publiée et les classe en fonction du degré de pertinence de la source : domaines fiables, domaines à fiabilité indéterminée, sites satiriques, sites non fiables, réseaux sociaux. Ce type de recherche permet de retrouver le contexte dans lequel la photo a été publiée, le type de sources qui la relaie et de mener soi-même l’enquête.

 

Garder l’esprit critique en toutes circonstances

Pour l’instant, l’application est une version beta, qui sera donc améliorée au fil du temps, et fonctionne pour le français. Si elle ne permet pas encore d’analyser des vidéos, les développements vont se poursuivre et le but est de continuer à élargir les partenariats et les fonctionnalités.

Par ailleurs, Faky est une aide pour faire le tri dans le flux gigantesque d’informations quotidien. Il n’est pas une réponse définitive sur un contenu. On ne le dira jamais assez, garder l’esprit critique et ouvert en toutes circonstances est toujours la meilleure façon d’éviter la désinformation. Ce qui vaut pour les citoyens comme pour les journalistes qui pourraient être amenés à l’utiliser au sein de la rédaction.

 

Une première correction à apporter à Faky

A peine Faky a-t-il été rendu disponible qu’un défaut a été détecté : l’outil considère plusieurs articles du magazine d'investigation journalistique Médor comme "peu fiables". Nous y reviendrons plus longuement dans un prochain article du site info. Mais voici déjà une première explication : "A l’époque où on a établi la base de données pour 'nourrir' les algorithmes, le site internet de Médor n’existait pas encore", explique Aurore Peignois, l’une des conceptrices du projet. "Conséquence : aujourd’hui, Faky ne connaît pas le site et face à la nouveauté, les algorithmes se méfient". Comme précisé plus haut, Faky est encore en version beta : "L’idée d’une bêta, c’est de faire un test grandeur nature pour ensuite améliorer le fonctionnement de l’outil", précise Aurore. "On connaît Médor, on sait que leur travail est sérieux et fiable". Des corrections seront apportées à Faky, concernant le problème rencontré par Médor comme d’autres problèmes que cette phase de test mettrait à jour.

 

Modification apportée ce vendredi 18 octobre 2019 : Le dernier paragraphe ainsi que la précision (en version bêta) dans le titre ont été ajoutées après la première mise en ligne de l'article, de façon à réagir rapidement au défaut détecté dans l'outil Faky.

D'autres précisions ont ensuite été apportées sur la page d'INSIDE.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK