Et dire qu'on pensait être les seuls à vous proposer ce reportage…

Jean-Christophe Willems, un brin étonné, à son arrivée au lieu de rendez-vous pour son reportage
3 images
Jean-Christophe Willems, un brin étonné, à son arrivée au lieu de rendez-vous pour son reportage - © RTBF

On pourrait presque jouer au jeu des sept erreurs. Que vous regardiez ce lundi midi le JT de la RTBF, celui d’RTL ou la télévision locale bruxelloise BX1, vous aurez pu voir Albane Perrier, infirmière, enfourcher son vélo dans Bruxelles pour faire sa tournée de vaccinations au domicile de personnes dont la mobilité est réduite.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici


 

Vous trouvez ça surprenant ? Hé bien figurez-vous que mon collègue journaliste et auteur du reportage du JT de la RTBF Jean-Christophe Willems a lui aussi été surpris en arrivant ce lundi matin au centre d’approvisionnement en vaccins, le lieu de rendez-vous avec les intervenants et en découvrant que toute la presse du pays se trouvait au même endroit que lui… Pour filmer la même infirmière que lui…

"Moi qui pensais faire un reportage à mon aise, avec des intervenants qui avaient accepté d’être suivis par une équipe de la RTBF, j’ai été surpris", commente Jean-Christophe après coup. "J’ai eu l’impression d’arriver sur une grosse opération de comm'.". Un cas de figure qui nous arrive de temps en temps. Au-delà de la surprise, c’est aussi moins confortable de devoir "partager" avec les confrères la disponibilité des intervenants et des témoins, se frayer un chemin entre les micros, et surtout de filmer de belles images.

Résultat au final : si l’infirmière filmée est la même, les patients filmés sont, eux, différents. Les journalistes se sont en effet rendus à des adresses distinctes. Les plus observateurs noteront que le sujet de BX1 est le seul des trois précités montrant que la presse était présente en nombre, tandis que celui de la RTBF comprend des vues via une Gopro fixée sur le vélo…

Pourtant, l’initiative émanait bien de la RTBF : nous avions manifesté notre intention de venir en reportage. Ce n’est pas le service "presse" de l’administration en charge de la vaccination qui nous a fait venir.

Comment ça s’explique alors ?

Simplement, plusieurs médias ont eu la même idée que nous : suivre une équipe, au premier jour de la vaccination à domicile. Il faut dire que c’est un sujet concernant. "Et que c’est notre devoir d’informer les personnes qui se demandent quand elles pourront être vaccinées chez elles", argumente Johanne Montay, qui coordonne la couverture de la crise sanitaire à la RTBF. C’est elle, Johanne, qui avait demandé, voici deux semaines, aux services de la Cocom quand et où allait commencer cette campagne à domicile, et à être mise en contact avec une infirmière (ou un infirmier) et un patient. C’est comme ça que nous procédons quand on sait qu’il sera difficile, voire impossible de trouver les témoins le jour même.

La Cocom a donc donné une suite favorable à la demande de Johanne… Et à celles des autres médias ! "On a eu pas mal de demandes, raconte Fatima Boudjaoui, chargée de la communication pour la Covid-19 à la Cocom. D’autant que le lancement a été postposé d’une semaine, avec les incertitudes autour de Johnson et Johnson. On avait promis à tous de leur permettre d’être là au Jour J. On a aussi, nous, proposé à l’un ou l’autre de nous rejoindre puisqu’on veut faire savoir qu’on vaccine aussi à domicile. On s’est dit que c’était un bon moyen".


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : . Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


Pour des raisons d’organisation et des besoins du reportage, le rendez-vous a été fixé pour tous à l’endroit et au moment où s’approvisionnent les infirmiers. Comme quoi, Jean-Christophe n’avait pas tort, c’était bien "une opération de comm" de l’administration, puisqu’elle a organisé la couverture par la presse de la campagne de vaccination à domicile. Mais c’était aussi, pour la presse, une vraie occasion d’informer. Parce que l’un et l’autre ne sont pas forcément toujours incompatibles. D’autant que la RTBF a élargi le propos du reportage de 19h30 à la situation wallonne également.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK