Au Parlement wallon, le PS s’érode, mais reste premier devant le MR et Ecolo

Les résultats ont mis du temps à arriver, mais en Wallonie comme à Bruxelles, le parti socialiste reste le premier parti, même s’il est en baisse par rapport au scrutin de 2014. Juste derrière, on retrouve le MR (qui est aussi en repli), suivi d’Ecolo et du PTB. Le cdH n’occupe que la 5e place.

La vague verte annoncée est donc plus limitée que prévu. N’empêche, Ecolo gagne du terrain. Avec cette nouvelle législature, les écologistes comptent 12 sièges au Parlement wallon, contre 4 lors de la législature passée.

D’ailleurs, quand on prend l’ensemble de la gauche (pour peu qu’on puisse y mettre Ecolo), on constate que désormais — et c’est de justesse — la gauche « non socialiste », donc la gauche communiste et peut-être la gauche écologiste, est plus importante que la gauche socialiste. C’est inédit dans l’histoire politique du sud du pays.

PS en tête

Son score est en retrait et historiquement bas en Wallonie mais le PS garde une place prépondérante avec 26,17% des votes. Le Parti Socialiste peut ainsi compter sur 23 députés (-7). Elio Di Rupo a d’ailleurs annoncé qu’il prendra l’initiative de lancer les pourparlers. Reste que depuis 1919 et l’instauration du suffrage universel, le vote socialiste n’a jamais été aussi faible.

Le MR, avec 21,42%, est deuxième sur la ligne d’arrivée et il pourra compter sur 20 parlementaires (-5) dans cette assemblée qui en compte 75.

Les partenaires…

Juste derrière les ténors, Ecolo n’a pas déçu ses militants. Sa progression est remarquable puisque, avec 5,86 points de plus, les Verts engrangent à 14,48% et peuvent espérer 12 députés. C’est 8 de plus qu’en 2014.

Un pas plus loin, le PTB s’affirme de façon appuyée. C’est même la progression la plus remarquable de cette élection au Parlement wallon : + 7,92 points pour le parti, c’est 13,68% des votes et une présence nettement plus visible qu’avant avec 10 députés (+8). Le cdH regarde vraisemblablement cette avancée avec perplexité puisqu’elle le relègue de fait en 5e place. Certes, le parti a limité la casse mais, avec 11%, il ne pourra sans doute compter lui aussi que sur 10 députés. C’est trois de moins qu’en 2014.

…et les autres

Derrière, DéFI n’a manifestement pas pu convaincre pleinement l’électeur. Il progresse un peu mais, avec 4,14%, pas suffisamment pour espérer peser en Wallonie. Le Parti populaire a de son côté perdu quelques plumes supplémentaires et se profile aujourd’hui à 3,67%. Il perd donc son siège au Parlement wallon.

Quelle coalition?

Mathématiquement, plusieurs pistes sont possibles. Si le PS veut privilégier une coalition à deux, c’est possible. En s’alliant avec le MR, ensemble ils disposent de 43 sièges dans une assemblée qui en compte 75.

Mais sera-ce l’intention d’Elio Di Rupo ? Le PS répète depuis des mois et des mois qu’il veut la coalition la plus progressiste possible, en clair la coalition la plus à gauche possible. Donc, sur cette base-là, sans doute que le PS va privilégier le travail avec Ecolo, mais ce n’est pas suffisant. Cette coalition PS-Ecolo ne peut se construire qu’à condition d’y associer un troisième partenaire.

Qui ?

A gauche, le PTB pourrait s’imposer mais voudra-t-il monter dans une coalition ? Et le PS voudra-t-il d’un parti à sa gauche ? A lire entre les lignes les déclarations des uns et des autres, dimanche soir, l’association ne semblait pas vraiment envisageable. Reste alors le partenaire régulièrement choisi, le cdH… Un cdH qui se retrouve encore plus bas d’élection en élection et qui, malgré tout, pourrait se retrouver au pouvoir, au niveau wallon en tout cas.

Ultérieurement, rien n’empêche le MR de prendre lui aussi quelques initiatives, par exemple en direction d’Ecolo. Jean-Luc Crucke, sur nos plateaux, ne l’excluait d’ailleurs pas.
Mais tout ceci n’est que de l’arithmétique. Or, l’étendue des concessions possibles par chaque partenaire mais aussi les ukases, exclusives, aigreurs ou mauvais souvenirs ont au moins autant de poids que d’autres considérations dans les négociations qui vont débuter ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK