L'industrie du verre était un fleuron de la Basse-Sambre

Quand Ford Genk met la clef sous la porte, Saint-Gobain perd un client majeur. De même, quand la construction ralentit ses activités, les glaceries suivent. Comment se battre contre le rétrécissement du marché ? La Sogepa planche sur la question. Elle a identifié les atouts et faiblesses des producteurs. Il lui reste maintenant à livrer ses propositions de redéploiement.

Peu d'éléments filtrent mais on s'attend généralement à ce que le rapport évoque, en plus des activités actuelles, des marchés de niche peu explorés. Par exemple celui du recyclage ou de la production de verres de nouveaux types.

Encore faut-il que ces produits intéressent les entreprises, qu'elles décident de les fabriquer ici, qu'ils consolident l'activité, voire qu'ils puissent la relancer.

On sait que le chiffre d'affaire des glaceries et gobeleteries a chuté de 25% en quelques années, que les licenciements rabotent de plus en plus les 6500 emplois du verre wallon. Autant de raisons pour que cette étude produise vite un résultat, que les verriers auraient sans doute dû rechercher par eux-mêmes il y a longtemps.

 

Carl Defoy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK