Voyages non-essentiels autorisés : "Des demi-mesures qui ne font pas avancer les choses"

S’ils restent déconseillés, les voyages non-essentiels dans l’Union européenne ne seront plus interdits dès lundi prochain, a décidé mercredi le Comité de concertation. "Des demi-mesures qui ne font pas avancer les choses", estime l’Union professionnelle des agences de voyage (Upav), qui regrette en outre l’absence de perspective pour les vacances d’été.

"Nous n’allons clairement pas sauter de joie. Nous avions fait des propositions et transmis un plan pour voyager en toute sécurité. Mais rien n’a été entendu. Nous avons l’impression que le gouvernement a juste voulu se conformer aux exigences de l’UE", a d’emblée réagi la secrétaire générale de l’Union, Anne-Sophie Snyers.


►►► À lire aussi : Le point sur les nouvelles mesures présentées ce mercredi 14 avril


L’interdiction des voyages non essentiels traversant les frontières belges, entrée en vigueur le 27 janvier, suscitait en effet des inquiétudes du côté de la Commission européenne. Elle sera désormais "remplacée par un contrôle strict" des obligations de dépistage et de quarantaine qui valent pour les retours de zones considérées comme à risque. Des amendes de 250 euros seront dressées en cas de non-respect.

"Il en restera ainsi jusqu’à ce que nous puissions passer au système européen de certificat vert sur la base de la vaccination et du testing", a indiqué M. De Croo.

Une absence de perspective pour les vacances d’été qui mine le secteur des voyages, regrette Mme Snyers. "Entre le 19 avril et début juillet, nous n’avons donc pas de visibilité pour les ventes d’été. On se retrouve de nouveau au point zéro. Nous restons donc focalisés sur le certificat vert européen et pour lequel on plaide car nous l’estimons non-discriminatoire."

Le comité de concertation a ajouté que les règles européennes concernant les voyages non-essentiels hors UE restaient en vigueur.

Proposition de "voyages corridors"

Du côté de Tui, le tour-opérateur souligne qu’une proposition d’organiser des "voyages corridors" avait été soumise au gouvernement, avec Sunweb et Brussels Airlines. Il s’agissait d’autoriser des voyages tout compris dans des hôtels situés dans des zones rouges sans devoir se soumettre à une quarantaine par la suite.

Le trio propose de permettre des voyages en zone rouge de "manière contrôlée", dans des hôtels sélectionnés. "Les voyageurs ne pourraient pas quitter leur hôtel, seraient testés avant leur départ mais aussi avant leur retour en Belgique, et encore dans les aéroports belges. Ils pourraient indiquer sur leur Passenger Locator Form (formulaire à remplir pour toute personne revenant d’un séjour hors des frontières belges, NLDR) qu’ils ont profité de vacances 'corridor' et une quarantaine ne serait dès lors pas obligatoire", détaille le porte-parole de Tui.

Tests et quarantaine

Une grande partie de l’Europe est toujours considérée comme zone rouge, un voyage vers ces destinations implique d’effectuer deux tests à son retour et de respecter sept jours de quarantaine. Les opérateurs ne peuvent dès lors commercialiser qu’une partie de leur offre seulement, ce que déplore Tui.

Selon le porte-parole, le plan a été reçu positivement lors d’une première rencontre avec le gouvernement.

Quant à Test Achats, il se réjouit de la levée de l’interdiction "qui replace la Belgique en situation de légalité par rapport au droit européen". Sur la base du système de zones (rouge, orange et verte), l’organisation de défense des consommateurs demande "que les personnes non vaccinées puissent voyager au même titre que les personnes vaccinées, sur base d’un test PCR négatif, qui doit pouvoir être réalisé gratuitement afin de ne pas créer de discrimination".

Comité de concertation du 14/04/2021 : y a-t-il des mesures pour les voyages vers le Brésil ou depuis le Brésil ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK