Volkswagen: nouveau patron et nouvelle structure pour se désembourber du dieselgate

Herbert Diess le nouveau patron du géant allemand de l'automobile Volkswagen lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Wolfsburg (centre), le 13 avril 2018
Herbert Diess le nouveau patron du géant allemand de l'automobile Volkswagen lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Wolfsburg (centre), le 13 avril 2018 - © Odd ANDERSEN

Le nouveau patron du géant allemand de l'automobile Volkswagen a promis d'intensifier ses réformes pour conduire le groupe vers la mobilité du futur, et laisser les ravages du dieselgate dans le rétroviseur.

"Il s'agit d'approfondir le changement, et pas d'une révolution", a d'emblée fait savoir Herbert Diess lors de sa première conférence de presse en tant que chef du mastodonte mondial du secteur, vendredi à Wolfsbourg.

Celui qui dirigeait jusqu'ici la seule marque VW prend les rênes d'une entreprise engluée dans une interminable crise d'image depuis qu'elle a admis en 2015 avoir trafiqué 11 millions de ses voitures diesel pour masquer le niveau réel de leurs émissions les plus toxiques.

"Nous allons donner la priorité aux thèmes de l'électrique, de la numérisation et des nouvelles mobilités, nous allons également poursuivre le changement de la culture d'entreprise, ancrer l'intégrité et la conformité au sein de l'organisation", a promis l'Autrichien de 59 ans, jouant ainsi la continuité plutôt que la rupture.

Son prédécesseur, Matthias Müller, qui a été officiellement débarqué jeudi mais dont le départ était annoncé par toute la presse allemande depuis des jours, avait déjà entrepris une restructuration massive tournée vers l'électrification et la réduction des dépenses. M. Müller restera au sein du groupe en tant que "conseiller".

Fin de la conférence de presse du nouveau PDG de VW à Wolfsburg

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK