Une "très forte croissance" attendue jusqu'en 2022, selon la banque ING

Alors que la campagne de vaccination bat son plein partout dans le monde, les pays devraient connaître une très forte croissance de leur économie, "qui ne s'essoufflerait que dans le courant de 2022", indiquent les économistes d'ING Belgique jeudi à l'occasion de leurs prévisions pour le second semestre 2021. Le bancassureur prédit une croissance de 7% aux Etats-Unis en 2021, de 8% en Chine et de 4,5% dans la zone euro et en Belgique.

Le scénario de multiples faillites d'entreprises ne devrait en outre pas se concrétiser, grâce notamment aux mesures prises par les gouvernements pour soutenir les entreprises. 


►►► A lire aussi: 7,64 milliards d’euros pour relancer la Wallonie : les grands axes du plan et les mesures


 

Les experts sont par contre plus perplexes concernant l'inflation. "D'un côté, les prix des matières premières devraient s'essouffler en 2022 en raison d'un resserrement des conditions de crédit en Chine. De l'autre, une forte reprise du marché du travail américain devrait exercer une pression à la hausse sur les salaires."

"Tous les signaux ne sont pas encore au vert concernant la pandémie avec l'émergence des nouveaux variants, mais cela va dans la bonne direction", conclut M. Vanden Houte. "Les pressions inflationnistes sont claires, mais nous n'avons pas l'impression qu'elles s'installent de manière structurelle", précise l'économiste en chef.

Concernant les taux d'intérêt, dans la zone euro, où la BCE a lancé un exercice de révision de sa stratégie, aucune hausse ne semble se profiler au moins jusqu'au second semestre de 2023. Les taux à long terme n'attendront pas aussi longtemps pour augmenter.

Extrait JT du 17/06/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK