Coronavirus : une entreprise liégeoise va développer un outil de diagnostic

Une entreprise liégeoise va développer un outil de diagnostic du coronavirus
Une entreprise liégeoise va développer un outil de diagnostic du coronavirus - © Tous droits réservés

L'entreprise OncoRadiomics, située à Liège, a reçu un subside européen pour le développement d'un projet international consacré à un outil de diagnostic du virus SARS-CoV-2. L'"Innovative medicines initiative" (IMI), qui vise à améliorer la compétitivité de l'UE dans le domaine de la recherche pharmaceutique, a débloqué 11,4 millions d'euros pour le projet Dragon, indique mercredi OncoRadiomics.

Le projet Dragon, mené par l'entreprise liégeoise, réunit vingt partenaires dont des PME innovantes, des instituts de recherche universitaires, des partenaires des secteurs des biotechnologies et pharmaceutique, des organisations axées sur les patients et des associations professionnelles de Belgique, de Chine, d'Italie, des Pays-Bas, de Suisse et du Royaume-Uni.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Dragon mettra en application de l'intelligence artificielle et des techniques d'apprentissage automatiques pour fournir des supports décisionnels permettant un diagnostic et un pronostic améliorés et plus rapides. En outre, le projet utilisera la puissance de la médecine de précision pour faciliter et accélérer le développement de nouveaux traitements.

"Nous avons réussi à mettre DRAGON en place en un temps record, sans compromettre la qualité du projet", se réjouit le CEO d'OncoRadiomics, Wim Vos. "Notre volonté est d'aller au-delà de l'aplatissement de la courbe et d'améliorer la capacité de nos sociétés à gérer les pandémies virales."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK