Une écurie russe établie à Francorchamps ?

Marussia
Marussia - © Capture d'écran

Le MIPIM, c'est le marché international des promoteurs immobiliers. Dans les coulisses du salon, il est beaucoup question d'un investissement russe à Francorchamps. L'écurie Marussia pourrait débarquer dans nos Ardennes.

A Cannes en France, le marché international des promoteurs immobilier, c'est le rendez vous annuel des investisseurs. Plusieurs villes de notre région s'y trouvent actuellement. Elles tentent de séduire les investisseurs à venir chez nous pour y construire des bureaux, des commerces, de logements, ou parfois, des ateliers. C'est ainsi que l'écurie Marussia pourrait s'installer à Francorchamps, mais cette venue n'est pas évidente à concrétiser.
La marque Marussia, c'est l'objet de convoitise des amateurs d'automobile. Ce sont des voitures de sport. Elles existent à l'état de prototypes, et elles font rêver en version 2.8 ou 3.5 litres de cylindrée. C'est un projet russe.
La firme ne se contente par de participer à l'écurie Virgin, en formule 1, et de faire courir un pilote belge. Elle a des visées dans les Ardennes. La société Marussia a récemment acquis, auprès de la Spiplus, une parcelle à Blanchimont, en bordure du plus beau circuit du monde. L'idée, c'est de construire une usine d'assemblage, qui pourrait sortir deux à trois cents véhicules par an, et fournir du travail à soixante personnes. C'est de l'emploi hautement qualifié. L'intérêt, pour Marussia, c'est, grâce à cette implantation ouest européenne, de bénéficier d'un label de qualité à l'occidentale.
Mais le dossier est loin d'être bouclé. La société Marussia serait en pourparlers pour s'installer en d'autres endroits: plusieurs candidats rivalisent d'incitants économiques ou fiscaux. L'unité liégeoise serait alors un centre de formation de ses travailleurs, sans plus. Les autorités wallonnes ne désespèrent pas, mais la discrétion est peut-être la clef du succès.

M. Grétry


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK