Une convention pour contrer les sites de jeux de hasard illégaux

En mai dernier, 250 sites de jeux non autorisés en Belgique étaient recensés. Six mois plus tard, leur nombre avait doublé, rapporte Le Soir mardi citant la société de paris Ladbrokes. Une convention avec le secteur financier devrait permettre d'en freiner une partie, annonce la Commission des jeux de hasard.

La société de paris Ladbrokes a récemment tiré la sonnette d'alarme face à ces chiffres. Magali Clavie, présidente de la Commission des jeux de hasard, est consciente que le combat livré aux sites de jeux illégaux n'est pas à armes égales. Elle annonce la signature, dans les prochains jours, d'une convention avec Febelfin (la Fédération belge du secteur financier) pour que celle-ci se fasse le relais, auprès des institutions financières, de la nécessité de couper les paiements des joueurs à la source.

Liste noire de 180 sites

"Nous savons que nous n'arriverons pas à tout bloquer, mais si nous maintenons notre liste noire à jour et que nous avons une bonne collaboration avec le secteur bancaire, c'est une belle avancée", poursuit la présidente. Durant ces dernières semaines, 12 sites illégaux ont été ajouté aux 180 déjà recensés sur la "liste noire" de la Commission des jeux de hasard.

En Belgique, les établissements de jeux de hasard disposant de la licence complémentaire pour le web (10 casinos en ligne, 24 sites de paris en ligne et 29 salles de jeux en ligne) doivent respecter une volée de règles strictes, tant sur la publicité que sur les âges minimaux requis ou encore sur les montants maximaux misés. Les sites illégaux peuvent quant à eux évoluer à leur guise, acceptant les joueurs figurant sur la liste des personnes interdites de jeu ainsi que les moins de 18 ans.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK