Une assurance RC ou familiale indispensable pour l'usage de la trottinette électrique

Plusieurs sociétés proposent les services de trottinettes partagées, mode de transport de plus en plus populaire
Plusieurs sociétés proposent les services de trottinettes partagées, mode de transport de plus en plus populaire - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Plus populaire que jamais depuis quelques semaines dans les villes, la trottinette électrique semble supplanter progressivement le mono-roue ou l’overboard. La famille des utilisateurs s’agrandit rapidement. Le nombre de blessés admis aux urgences aussi… Mais rien n’indique que c’est en proportion avec l’augmentation des adeptes.

Individuelle ou partagée, la trottinette gagne en notoriété, au point que des entreprises promotionnent le mode de transport.

En rachetant le service voitures partagées de Zipcar, D’Ieteren, via la filiale Poppy, élargit l’offre aux scooters et aux trottinettes électriques. Dans un mois, une start-up va proposer à des entreprises une flotte de trottinettes électriques. Baptisée Freel, la start-up se chargera de la maintenance et de l’assurance.

Sur la voie publique, l’usager (souvent sans casque) se tient droit, porte quelquefois le veston, irrégulièrement des vêtements réfléchissants comme la plupart des cyclistes aujourd’hui. Est-il seulement assuré ?

Le drone aussi

« A partir du moment où c’est un engin propulsé par sa propre énergie, sur la voie publique, il faut une assurance conforme à l’assurance RC auto, précise Wauthier Robyns, directeur de la communication chez Assuralia, l’Union professionnelle. On peut soit la souscrire indépendamment, comme pour un cyclomoteur ou pour un vélo solex. Ou alors s’adresser à l’une des compagnies d’assurances qui a étendu l’assurance familiale pour prendre en charge ce genre d’engin. Ça fait partie des garanties que l’on a alors ajouté à l’assurance familiale, comme certaines compagnies ajoutent également une assurance qui couvre le drone par exemple.»

Pas un usager faible

Sur une trottinette électrique, vous n’êtes pas un usager faible. Une illustration avec Wauthier Robyns : « si l’usager d’une trottinette électrique bifurque sans annoncer son intention et se fait heurter par un véhicule, les frais liés à ses blessures lui reviendront, alors que si c’est un cycliste qui fait la même manœuvre, le cycliste sera indemnisé de ses lésions corporelles par l’assureur du véhicule avec lequel il est entré en collision ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK