Un collectif d'employeurs appelle le fédéral à réduire l'impôt des sociétés

Un collectif d'employeurs appelle le fédéral à réduire l'impôt des sociétés
Un collectif d'employeurs appelle le fédéral à réduire l'impôt des sociétés - © Tous droits réservés

Six organisations patronales pressent le gouvernement de réduire le taux nominal de l'impôt des sociétés à au moins 22%, soit la moyenne européenne. Il s'agit d'une "nécessité absolue", avertissent-ils dans un manifeste publié lundi.

Dans ce document commun, la FEB, le Voka, Unizo, l'UCM, l'UWE et le Beci demandent une réforme de l'impôt des sociétés (Isoc) au gouvernement fédéral afin de créer de l'emploi et de stimuler les investissements.

"Une baisse du taux nominal de l'impôt des sociétés et du taux réduit pour les petites entreprises ne constitue pas une opportunité, mais une nécessité absolue et urgente pour engendrer une augmentation de la croissance", estime le collectif.

Les signataires du manifeste réclament une réduction du taux de 33,99% aujourd'hui à "au minimum" 22% car le taux actuel "ne permet plus d'être compétitif". De plus, argumentent les fédérations d'employeurs, la moyenne européenne "va encore diminuer suite aux réductions de taux annoncées ou réalisées dans les pays voisins et/ou concurrents".

Une tendance globale

Ils poursuivent: "Reporter ou abandonner l'indispensable réforme de l'impôt des sociétés va encore entamer davantage la sécurité juridique et notre position en matière de coûts, lesquelles jouent un rôle essentiel pour le climat d'investissement". Certaines entreprises pourraient décider de délocaliser leurs activités, selon eux.

Le manifeste est publié alors que plusieurs pays ont dans le viseur une réforme de leur politique fiscale. Aux Etats-Unis, Donald Trump, récemment élu, table sur une baisse de 35 à 15%. Au Royaume-Uni, le taux pourrait prochainement passer de 20 à 17%.

Début décembre, la chambre américaine de commerce en Belgique avait déjà averti l'Etat belge de l'urgence d'une réforme fiscale, préconisant un taux de 20%.

Le ministre fédéral des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) travaille à faire passer l'Isoc à 25% et 20% pour les PME. Une réforme que le gouvernement a retardée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK