"Un café fermé peut aussi vous faire passer une nuit blanche", la campagne de l'HoReCa pour réclamer sa réouverture

"Un café fermé peut aussi vous faire passer une nuit blanche", la campagne de l'HoReCa pour réclamer sa réouverture
"Un café fermé peut aussi vous faire passer une nuit blanche", la campagne de l'HoReCa pour réclamer sa réouverture - © pixdeluxe - Getty Images

Alors que tout le secteur HoReCa attendait le 1er mai avec impatience, le commissaire corona Pedro Facon avait refroidi les ardeurs en évoquant le fait que la mi-mai serait plus adaptée pour la reprise des activités. En réponse, et pour la première fois depuis le début de la crise du coronavirus, les principaux acteurs du secteur HoReCa s'unissent dans une campagne nationale afin de réclamer la reprise de leurs activités, annoncent-ils mardi. A la veille du comité de concertation de ce mercredi, ils demandent au gouvernement de respecter "la perspective promise" d'une ouverture le 1er mai.

La campagne nationale, baptisée "Un café fermé peut aussi vous faire passer une nuit blanche" et détaillée sur l'adresse internet ouvronslhoreca.be, unit les fédérations HoReCa Wallonie, Horeca Bruxelles et Horeca Vlaanderen, les Brasseurs Belges, la Fevia, la FeBeD, Vinum&Spiritus et Eaux & Boissons rafraîchissantes. Elle débute ce mardi sur les réseaux sociaux et paraîtra également dans les journaux mercredi.

Bénéfique au bien-être mental de la population

Selon les fédérations sectorielles, la réouverture le 1er mai est une nécessité pour 60% des cafés et restaurants en raison de la situation économique. Les partenaires ajoutent pouvoir faire partie de la solution à la pandémie. "L'horeca peut être un environnement sûr, où les gens peuvent se rassembler de manière contrôlée. Cela sera également bénéfique au bien-être mental de la population", expliquent-ils. "La réouverture de l'horeca (à l'intérieur/à l'extérieur) peut offrir un environnement de détente sécurisé et relaxant dont les citoyens ont tant besoin pour se rencontrer de manière organisée et sûre, tout en respectant toutes les règles en vigueur."

Sur le même sujet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK