Un Belge sur trois a fait l'objet d'une tentative de hameçonnage (phishing) au cours du dernier mois

Un tiers des Belges a reçu un message d'hameçonnage au cours du dernier mois, ressort-il d'une étude de Febelfin publiée lundi. Au cours des six derniers mois, c'est même plus d'un Belge sur deux. Ce type de fraude a explosé depuis le début de la crise du coronavirus.

L'escroquerie en ligne via de faux e-mails, sites web ou messages - appelé hameçonnage ou phishing - reste insuffisamment connu, déplore Febelfin. Douze pourcent de la population n'en a encore jamais entendu parler. Trois pourcent de ceux qui ont déjà reçu un message de phishing y ont donné suite. Les moins de 30 ans sont plus vulnérables puisqu'ils sont 5% à avoir y avoir répondu.

Au cours des six derniers mois, 7% des Belges se sont sentis mal à l'aise d'avoir partagé des données financières. Il est alarmant de constater que cette part est de 17% chez les 16-30 ans, note Febelfin.

La fédération du secteur bancaire souligne que les banques belges déploient des efforts "considérables" pour prévenir les transactions frauduleuses liées au phishing. Plus de 75% de tous les virements frauduleux sont détectés et bloqués ou récupérés par les banques.

Les mesures de sécurité impopulaires

Dans ce contexte, les banques s'inquiètent de l'impopularité des mesures de sécurité comme la saisie du numéro de carte, le fait de devoir recourir à un lecteur de carte, etc. lors d'un achat en ligne. Les jeunes en particulier voient ces mesures comme une entrave aux achats en ligne.

Pourtant, le phishing est devenu un problème de société. Les fraudeurs sont de plus en plus actifs et, en raison de la diversité de leurs modes opératoires, aucun secteur n'est épargné, met en garde Febelfin.

La fédération rappelle qu'il ne faut jamais divulguer ses codes personnels en réponse à un courrier, un appel téléphonique, un sms, un message sur les médias sociaux ou via Whatsapp. Il faut aussi éviter de cliquer sur un lien reçu, mais plutôt taper l'adresse du site web de la banque souhaitée dans le navigateur ou utiliser son application bancaire mobile.

Escroquerie par SMS: JT 15/08/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK