Un accord UE/Inde mettrait "des millions de vie en danger" selon MSF

Un accord entre UE et l'Inde met des millions de vie en danger
Un accord entre UE et l'Inde met des millions de vie en danger - © Bruno De Cock/MSF

Plusieurs organisations, parmi lesquelles Médecins Sans Frontières (MSF) et Oxfam, ont dénoncé mardi lors d'un flashmob devant le Parlement européen, à Bruxelles, la pression mise par l'Union européenne sur l'Inde pour faire en sorte que "les profits de son industrie pharmaceutique restent intacts", a constaté l'agence Belga. "L'accord de libre-échange entre l'UE et l'Inde met des millions de vies en danger", accusent les manifestants.

Les activistes rassemblés à Bruxelles ont exigé, lors d'une chorégraphie sur le thème de "Thriller" de Michael Jackson, que la Commission retire de l'accord de libre-échange qui doit être prochainement conclu avec l'Inde les dispositions qui nuiront à l'accès aux médicaments dans les pays en développement.

"Quatre-vingts pour cent des médicaments utilisés pour traiter le VIH dans les pays en développement sont produits en Inde", souligne Oxfam. "Si l'UE parvenait à maintenir les dispositions présentes dans l'accord, l'approvisionnement en produits vitaux pour des millions de malades serait coupé".

Des "dispositions impitoyables"

Par ailleurs, des mesures pourraient permettre aux entreprises pharmaceutiques de poursuivre en justice toute partie qui fournit des traitements si son action est perçue comme interférante avec leurs investissements. "Par exemple, MSF pourrait être traîné en justice pour des milliards de dollars parce qu'il fournit des médicaments génériques", explique Kathy Atherusch de MSF.

"La Commission ne peut se dire concernée par la santé des populations dans les pays en développement et en même temps tenter d'imposer à l'Inde des dispositions plus contraignantes en matière de propriété intellectuelle", résument les organisations, qui exhortent le Parlement à refuser ces dispositions avant de signer l'accord final.

Des députés européens s’opposent également à cet accord. Parmi eux, Carl Schlyter, du parti écologiste de Suède. Il a participé à la manifestation, indique un communiqué transmis par MSF. "L’Union européenne ne peut prétendre soutenir l’accès aux médicaments et s’inquiéter pour la vie des citoyens des pays en développement alors qu’elle impose des dispositions aussi impitoyables", a surenchéri l'euro-député cité par MSF. 

Ju. Vl. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK