UE/USA: les multinationales gagnent la guerre de la banane

L'accord met un terme à plus de 15 ans d'un conflit qui opposait l'Europe aux pays d'Amérique latine producteurs de bananes et aux Etats-Unis, où sont établis le sièges des multinationales telles que Chiquita. Cette "guerre de la banane" était devenue le plus ancien contentieux commercial international.

Les producteurs américains dénonçaient le régime préférentiel accordé par les Européens aux exportations des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). Les bananes de ce groupe d'Etats, essentiellement des anciennes colonies, entrent en franchise de droit sur le marché européen, au contraire des bananes d'Amérique centrales, qui se voient imposer un tarif douanier.

Critiques des écologistes

L'accord prévoit de faire passer ces droits de douane européens graduellement de 176 euros/tonne actuellement à 114 euros d'ici 2017. Les bananes américaines, déjà dominantes sur le marché européen, deviendront ainsi encore plus compétitives.

En contrepartie, l'UE a prévu une enveloppe de 200 millions d'euros pour aider les pays ACP à affronter la concurrence.

Mais même approuvé, l'accord n'est pas du goût de tous les eurodéputés. Il "renforcera la position dominante des firmes multinationales américaines, qui contrôlent déjà plus de 80% du marché mondial (...). Encore une fois, ce seront les petits producteurs qui en pâtiront", a dénoncé l'écologiste Catherine Greze.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK