UE : le contrat entre la Commission européenne et le géant financier BlackRock épinglé

Emily O’Reilly, la médiatrice de l’Union européenne, a rendu ce mercredi matin un avis concernant un contrat entre le groupe américain BlackRock et l’UE. L’Irlandaise a notamment pointé du doigt la Commission européenne, affirmant qu’il n’existe pas de garanties suffisantes contre le risque d’un conflit d’intérêts dans l’attribution d’un contrat à BlackRock pour réaliser une étude sur le financement durable.

Un conseiller en finance verte assez controversé

L’avis rendu par la médiatrice intervient suite à la décision de la Commission européenne d’attribuer à une filiale de BlackRock un contrat de 280.000 euros pour mener une étude sur l’intégration des facteurs environnementaux dans les règles bancaires européennes.

L’appel d’offres, clôturé en octobre 2019, avait débouché sur neuf offres : celle de BlackRock avait été retenue en avril, déclenchant le mécontentement de plusieurs députés européens. Une question écrite avait été adressée à l’exécutif européen par plus de 80 députés européens et la médiatrice Emily O’Reilly avait reçu trois plaintes, dont celle de l’écologiste français Damien Carême.

En avril, en plein confinement, l’eurodéputé belge écologiste Philippe Lamberts avait partagé ses critiques face à BlackRock sur nos antennes.

Les plaignants avaient dénoncé le fait que BlackRock soit un "important gestionnaire d’investissements dans le monde entier pour le secteur bancaire et la production d’énergie fossile", ce qui faisait douter de son impartialité dans sa tâche de conseiller la Commission en matière de finance durable.

Pourtant, la firme américaine, qui gère quelque 7300 milliards de dollars et qui est notamment actionnaire de géants pétroliers, avait affirmé pendant l’été vouloir "verdir" son portefeuille d’investissements.

Change Final, qui avait également porté plainte, dénonce notamment le fait que BlackRock reste toujours parmi les plus grands investisseurs dans les combustibles fossiles mais aussi l’un des grands actionnaires des compagnies qui agissent de façon douteuse contribuant à la déforestation. Change Finance a également mené une étude avec le Corporate Europe Observatory (CEO) en démontrant que BlackRock fait du lobbying contre la fixation de règles de durabilité dans les investissements européens.

Dans un communiqué de presse, elle critique d’une part les manquements de la Commission, qui aurait dû doubler de vigilance dans le cadre de cet appel d’offres, et, d’autre part, concernant les normes qui règlent les marchés publics. Elle demande à la Commission "d’améliorer ses lignes directrices concernant l’évaluation des soumissionnaires qui participent à des appels d’offres liés à la politique publique et d’améliorer les dispositions relatives aux conflits d’intérêts dans le domaine financier".


►►► À lire aussi : BlackRock, le plus gros gestionnaire d’actifs au monde, promet de verdir son portefeuille


Elle a également précisé que "les règles en vigueur ne sont ni assez rigoureuses ni assez claires pour permettre aux fonctionnaires de trouver des conflits d’intérêts en dehors d’un éventail très restreint de conflits professionnels".

Tentative d’influence ?

Par ailleurs, Emily O’Reilly signale que "BlackRock a optimisé ses chances d’obtenir le contrat en faisant une offre exceptionnellement basse, qui pourrait être perçue comme une tentative d’exercer une influence sur un domaine d’investissement pertinent pour ses clients".

Et maintenant ? Aller plus loin

Suite à l’annonce de ce matin, les Verts européens se félicitent sur Twitter de l’issue de l’enquête de la médiatrice. Ils espèrent un durcissement des règles en matière de conflits d’intérêts.

Change Final de son côté, voudrait que la Commission aille plus loin, en abandonnant le contrat et redémarrant la procédure.

La Commission européenne, elle, a réagi vers midi, en affirmant que le rapport "n’a pas identifié d’acte de mauvaise administration […] et confirme que nous avons appliqué les règles entièrement et équitablement", ajoutant que l’institution examinerait les propositions de la médiatrice.

L’équipe de BlackRock qui mène l’étude (FMA, pour Financial Markets Advisory) a également souligné ce point, ajoutant qu’elle s’engageait à fournir un service aux plus hauts standards, avec le meilleur rapport qualité prix, ajoutant qu’elle s’engageait à fournir un service aux plus hauts standards, avec le meilleur rapport qualité prix: "L’équipe Financial Markets Advisory (FMA) de BlackRock s’engage à fournir un service aux plus hauts standards, avec le meilleur rapport qualité-prix, à tous ses clients dans le monde entier. La Commission Européenne a déjà indiqué publiquement que la qualité technique de la proposition de FMA était avait été le critère déterminant pour la décision d'attribution du mandat. L’équipe FMA a adopté une approche large et inclusive dans la conduite de cette étude, incluant des entretiens avec des universitaires, des membres de la société civile, des banques, des régulateurs ainsi que d’autres participants du marché, et continue de se concentrer sur la finalisation de ce travail afin de remettre son rapport final à la Commission".

 

Matin Première, Le Marché matinal : 22/04/2020

En avril 2020, Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts au Parlement européen, exprimait son mécontentement sur nos antenne, tandis que Roland Gilet, professeur d'économie financière à la Sorbonne et à l'ULB, relativisait.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK