Turquie: le nouveau chef de la banque centrale essaye de rassurer les marchés

Le nouveau gouverneur de la Banque centrale de Turquie s'est engagé dimanche à prendre les mesures nécessaires pour lutter contre l'inflation, afin de rassurer les marchés déstabilisés par le limogeage brutal de son prédécesseur.

"La Banque centrale de Turquie va continuer d'utiliser tous ses instruments de politique monétaire avec efficacité afin d'atteindre son objectif: une baisse durable de l'inflation", a déclaré Sahap Kavcioglu dans un communiqué.

Il s'agit de sa première déclaration publique depuis son arrivée à la tête de la banque centrale samedi.

Limogé après cinq mois

Son prédécesseur Naci Agbal, un ancien ministre des Finances respecté des marchés, a été limogé sans cérémonie par décret présidentiel dans la nuit de vendredi à samedi, cinq mois à peine après son arrivée.

Son limogeage est intervenu deux jours après que la banque centrale eut procédé à une hausse de son taux directeur de 200 points de base, à 19%, une mesure de lutte contre l'inflation saluée par les marchés.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan, un partisan de la croissance à tout prix, est hostile aux taux d'intérêt élevés qu'il qualifie régulièrement de "père et mère de tous les maux".

Sahap Kavcioglu, le nouveau gouverneur, semble de ce point de vue plus compatible avec les positions de Recep Tayyip Erdogan.

Economiste et ancien député du parti au pouvoir, il avait signé en février un billet d'opinion dans le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak dans lequel il estimait que la banque centrale ne devrait pas insister pour mettre en place une politique de taux d'intérêts élevés, car cela conduirait selon lui à plus d'inflation.

La plupart des économistes soutiennent au contraire que des taux bas alimentent l'inflation.

La hausse de l'inflation en Turquie ces dernières années, couplée à l'érosion de la livre turque, a entamé la popularité du président Erdogan.

En février, l'inflation s'élevait à 15,6% en rythme annuel.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK