Tunisie et Egypte, principales victimes touristiques des révoltes arabes

Illustration : des touristes à proximité des pyramides du Caire
Illustration : des touristes à proximité des pyramides du Caire - © Archive EPA/KHALED ELFIQI

Le printemps arabe a eu des conséquences sur le secteur du tourisme en Belgique. Principales victimes: la Tunisie et l'Egypte, qui ont vu leurs réservations plonger de respectivement 19 et 17%, selon les résultats d'une enquête de l'ABTO, l'association belge des tours-opérateurs.

L'an passé, ces derniers ont vendu quelque 3 048 000 voyages, un chiffre comparable à celui de l'année précédente. Dans le détail, le nombre de séjours a reculé de 0,5%, à 2 719 941, tandis que le nombre de citytrips a progressé de 0,6%, à 328 746.

Par ailleurs, si la Tunisie (-19,1%) et l'Egypte (-17,4%) ont subi les conséquences du Printemps arabe, d'autres destinations ont profité de la situation internationale. La Grèce a ainsi vu ses réservations bondir de 13,9%; l'Espagne et le Portugal enregistrant une progression de 10%. Malte (+13,2% ) et Chypre (+6,7%) ont également tiré leur épingle du jeu.

"En règle générale, on peut dire que les vacanciers se sont tournés vers les vacances en avion en Europe alors que les vacances en voiture ont à peine progressé, en raison principalement du mauvais temps qui a affecté l'Europe occidentale en été", a expliqué Veerle De Boeck, la secrétaire générale de l'ABTO.

Citytrips: Barcelone à la cote

Au rayon des citytrips, Londres (-8,7%) et Paris (-8,5%) ont particulièrement souffert alors qu'à l'autre bout du classement, Barcelone a vu ses réservations bondir de 32,2%.

Enfin, en ce qui concerne la saison hivernale à venir, l'ABTO enregistre pour l'instant une baisse de 5,3%. Fin octobre, 384 825 vacances avaient déjà été réservées, ce qui représente environ 60% du volume total de l'an passé.

"Les réservations pour l'hiver reflètent le malaise qui prévaut à l'heure actuelle et qui affecte encore la confiance des consommateurs. Quant aux destinations, nous constatons que la situation dans le monde arabe n'est pas encore stabilisée", a conclu la secrétaire générale de l'ABTO.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK