Flambée démesurée des prix de l'immobilier au Luxembourg: où s'arrêtera-t-elle?

A l’entrée de la ville de Luxembourg, l’affiche frappe les esprits. Sur un large panneau barrant un nouveau complexe de bureaux en cours de finitions on peut lire "Cherchons terrains et maisons à démolir" !

Désormais la pression immobilière est tellement forte, que les sociétés de construction rivalisent d’imagination pour grappiller le moindre mètre carré. Officiellement, ce mètre carré tourne autour des 6000 euros au Grand-duché. Mais dans la capitale, il faut compter parfois jusqu’à 3 fois plus.

Une brique qui flambe

Le belge Louis-Marie Piron, numéro un de la construction côté francophone ne s’y est pas trompé. En 2006, juste avant la crise, il s’offre le site de l’ancienne laiterie Luxelait dans la capitale luxembourgeoise pour 140 millions d’euros. "On m’a pris pour un fou à l’époque" se souvient-il amusé. Aujourd’hui, le terrain en vaut trois fois plus. Sur le site, il a développé un projet de 1000 appartements en plus de quelques commerces et bureaux.

De quoi mieux se rendre compte de la flambée des prix. "Il y a 4 ans, une cliente nous a acheté un appartement de 3 chambres de 175 mètres carrés avec piscine commune pour un million 700.000 euros. Aujourd’hui, elle le revend à 2 millions 500.000. C’est une sacrée plus-value. Il ne faudrait pas que les appartements deviennent tellement chers que les résidents ne puissent même plus se l’offrir", nous explique-t-il. Avec ses 200.000 navetteurs quotidiens, le Luxembourg attire de plus en plus de travailleurs et résidents mais aussi d’investisseurs qui y voient un placement très rentable. En 10 ans, le prix des appartements et des maisons ont doublé de valeur.

Pas de quoi chômer

La fin du secret bancaire ne semble pas avoir affecté les affaires. Avec un taux de chômage plancher de 5,3% et une croissance de plus de 3, 2%, l’économie tourne aujourd’hui à plein régime. "C’est comme un microclimat", témoigne David Bavay, un patron arlonais installé au Luxembourg depuis 8 ans pour y lancer sa propre société de consultance informatique.

"Il n’y a pas que les banques, il y a l’industrie, les sociétés de services, les nombreuses start-up qui font que la place financière reste très dynamique". La place financière n’a pas fini de grandir. Le pays compte actuellement 600.000 habitants et espère atteindre le million en 2060.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK