Transport fluvial: 500 millions d'euros pour doper le moyen de transport le plus écologique

Transport fluvial: 500 millions d'euros pour doper le moyen de transport le plus écologique
Transport fluvial: 500 millions d'euros pour doper le moyen de transport le plus écologique - © OLIVIER HOSLET - BELGA

On en parle assez peu, et pourtant elles jouent un rôle clé dans notre économie: 40 millions de tonnes de marchandises passent chaque année sur nos voies navigables. S’il fallait transporter tout ça par la route, il faudrait utiliser des centaines de milliers de camions supplémentaires, avec tout ce que ça signifie en termes de pollution, d’encombrement sur les routes et de dégâts au réseau routier.

"Le moins consommateur d'énergie et le moins bruyant"

C’est ce qui fait dire à Yvon Loyaerts, directeur général des voies hydrauliques en Wallonie, que le transport fluvial est la solution de mobilité la plus écologique: "C’est le moyen de transport qui est le moins consommateur d’énergie, c’est également le moins bruyant, c’est finalement le transport écologique par excellence. Maintenant, ça doit faire partie d’une chaîne logistique qui est adaptée à cela parce qu’on ne va pas à tous les endroits en bateau comme on pourrait le faire en camion".

Mettre en place une logistique qui permette d’exploiter au mieux le transport fluvial passe par des solutions multimodales, c’est-à-dire des solutions qui combinent le plus efficacement possible plusieurs modes de transport, les bateaux bien sûr, mais aussi les camions, le train et l’avion.

500 millions d'euros d'investissements

Ce qui suppose des infrastructures et donc des investissements importants, dans tous les domaines. Mais pour en revenir aux voies navigables, il faut des moyens financiers non seulement pour les entretenir, mais également pour développer de nouvelles infrastructures. Pour la législature en cours, le gouvernement wallon a réservé une enveloppe de 500 millions d’euros. Certains investissements sont imminents.

cela va nous prendre 5 à 10 ans, mais va nous permettre aussi de rendre le secteur plus attractif, entre autres avec plus de possibilités de passage de bateaux de types différents


"Nous allons entamer cette année-ci la construction d’une nouvelle grande écluse, explique Yvon Loyaerts, donc une écluse à grand gabarit, sur le site d’Ampsin, un peu en aval de Huy, et nous avons tous les projets de la modernisation de l’Escaut et de la dorsale wallonne, donc de la liaison entre la Meuse à Namur et l’Escaut à Tournai. Tout cela va nous prendre 5 à 10 ans, mais va nous permettre aussi de rendre le secteur plus attractif, entre autres avec plus de possibilités de passage de bateaux de types différents, y compris des plus gros".

Que transportent ces péniches? Essentiellement des matériaux extraits des carrières wallonnes, des produits chimiques, des produits métallurgiques, des produits agricoles qui partent généralement vers les grands ports maritimes comme Anvers, Rotterdam aux Pays-Bas ou Dunkerque en France.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK