Toyota table sur 9,7 millions véhicules vendus en 2012

Le président de Toyota Akio Toyoda présente la dernière née du constructeur automobile japonais, la Crown, le 25 décembre 2012 à Tokyo
Le président de Toyota Akio Toyoda présente la dernière née du constructeur automobile japonais, la Crown, le 25 décembre 2012 à Tokyo - © Yoshikazu Tsuno

Le constructeur d'automobiles japonais Toyota a annoncé mercredi qu'il tablait sur la vente de 9,7 millions de véhicules dans le monde pendant l'année calendaire 2012 et 9,91 millions en 2013.

Si ces prévisions se concrétisent, les ventes mondiales de Toyota auront bondi de 22% en 2012 par rapport à celles de 2011, année où le constructeur avait subi les conséquences du séisme dans le nord-est du Japon qui avait un temps bloqué sa production.

Le groupe semble très bien placé pour récupérer la place de numéro mondial de l'automobile, devant l'américain General Motors et l'allemand Volkswagen, qui pourraient avoir vendu chacun entre 9,1 et 9,2 millions de véhicules, selon les estimations de l'institut Fourin.

Ces deux groupes avaient dépassé Toyota en 2011, faisant tomber le constructeur nippon de son trône.

Mais en 2012, Toyota a nettement élevé les ventes de ses diverses marques (voitures de tourisme Toyota, de luxe Lexus, mini-véhicules Daihatsu et poids lourds Hino).

Au Japon, ses ventes ont crû de 35%, à 2,41 millions d'unités, aidées par le versement de subventions gouvernementales pour l'achat de véhicules peu gourmands en énergie, mesures dont a largement profité le pionnier des voitures hybrides (à motorisation à essence et électricité).

En Amérique du Nord, les ventes de Toyota ont progressé encore davantage, l'image de la marque ayant retrouvé une bonne partie de son lustre deux ans après un rappel massif de véhicules à cause de problèmes techniques.

Toyota procède encore à des rappels de temps en temps - encore 7,43 millions de voitures dans le monde en octobre pour un risque d'incendie sur plusieurs modèles -, mais ceux-ci sont organisés de façon préventive et ne semblent pas trop nuire à la réputation du groupe.

Sur la fin de l'année, ses affaires en Chine ont toutefois pâti des conséquences d'un conflit territorial sino-japonais autour de la souveraineté d'îles de mer de Chine orientale. Le groupe a évalué à 200 000 véhicules l'impact sur ses ventes de la querelle, marquée par des manifestations antijaponaises en Chine au cours desquelles des voitures des marques nippones ont été prises pour cible.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK