Toyota prévoit un recul de son bénéfice net à cause du séisme

Logo de Toyota
Logo de Toyota - © Stan Honda

Le principal constructeur d'automobiles japonais, Toyota, a annoncé vendredi qu'il prévoyait une baisse de 31% de son bénéfice net en 2011/12 à cause des conséquences du séisme sur l'économie nippone, mais espère produire davantage de véhicules au Japon et dans le monde.

Entre le 1er avril 2011 et le 31 mars 2012, le groupe espère dégager 280 milliards de yens de profit net (2,4 milliards d'euros au cours actuel) et un bénéfice d'exploitation de 300 milliards de yens (2,6 milliards d'euros), en retrait de 36%.

Au premier semestre, il s'attend à un bénéfice net minimal et à tomber dans le rouge sur le plan opérationnel à cause des complications provoquées par le séisme du 11 mars, mais il pense pouvoir renverser la vapeur au deuxième semestre.

Son chiffre d'affaires est attendu pour sa part en repli de 2% à 18 600 milliards de yens (160 milliards d'euros) sur l'ensemble de l'exercice.

"Les dommages provoqués par le tremblement de terre dans le nord-est du Japon ont été importants et étendus et vont continuer d'affecter l'économie nippone, ce qui affaiblira sa reprise", a expliqué Toyota dans un communiqué.

Le groupe attend néanmoins une production en hausse

Le constructeur a aussi mis en avant une progression redoutée du yen face au dollar et les bénéfices exceptionnels dégagés par ses filiales financières en 2010/11, difficiles à renouveler, pour expliquer ces résultats prévus en retrait.

Le groupe espère pourtant augmenter sa production mondiale de véhicules, de 7,342 millions l'année budgétaire passée à 7,390 millions pour l'exercice en cours, en élevant sa production au Japon comme dans les pays étrangers.

Toyota assure qu'il va en seconde moitié d'exercice accélérer le rythme de ses chaînes d'assemblage, aujourd'hui entravées par une pénurie d'approvisionnement en pièces détachées au Japon, consécutive aux dommages subis par ses fournisseurs dans le nord-est touché par le séisme.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK