Tout savoir sur Libra, la monnaie virtuelle que va lancer Facebook

La fiabilité des informations de la blockchain repose sur la multitude des serveurs disposant des mêmes informations.
La fiabilité des informations de la blockchain repose sur la multitude des serveurs disposant des mêmes informations. - © © pixabay

Début 2020, il y a aura une petite révolution dans le monde des solutions de payement. Facebook a récemment créé en Suisse une nouvelle entreprise de technologie financière orientée sur la blockchain. Une nouvelle compagnie qui pourra opérer des paiements, de l’analyse de données et de l’investissement sous le nom de Libra.

Bref, d’ici très peu de temps, vous pourrez payer très facilement n’importe quel montant à n’importe qui sur la planète sans plus avoir a recourir à une banque.

La blockchain (chaîne de blocs) est ce protocole informatique rendu célèbre par les cryptomonnaies, les fameux bitcoins. Mais ce protocole n’est pas qu’un outil financier. Il permet aussi de stocker et de transmettre des informations (des données, des paiements, des contrats), de manière sécurisée, sans passer par un organe central de contrôle.

Et c’est là toute son originalité : la blockchain fonctionne comme un immense livre comptable (transparent et immuable) dont les données sont conservées (en bloc) sur des milliers de serveurs qui garantissent les informations partagées.


►►► Lire aussi : Pourquoi la " blockchain " commence déjà à changer notre vie


Ce registre contient l’historique de tous les échanges réalisés entre ses utilisateurs depuis sa création. Si un individu vend un objet, cette transaction sera mémorisée sur des milliers de serveurs. Et c’est cela qui garantit la fiabilité des informations. Si quelqu’un tente de changer les données d’un bloc, tous les autres serveurs informatiques lanceront une alarme pour falsification. Et l’avenir de cette technologie semble assuré : en 2018, les fonds de capital-risque ont investi 4 milliards de dollars dans la blockchain.

Libra Networks, dont Facebook Global Holdings est actionnaire, a été enregistrée en Suisse le 2 mai dernier avec pour objectif de fournir des services financiers et technologiques et de développer le matériel et les logiciels associés.

Facebook, compte plus de deux milliards d’utilisateurs à travers le monde, autant de clients potentiels pour ce nouveau type de payement. Voilà qui va sans doute créer un certain remous dans le secteur bancaire.
 

Quel avantage pour moi ?

Cette monnaie virtuelle vous permettra de payer d’un simple clic chez tous les partenaires de Facebook (donc plus besoin de sortir application bancaire et digicode). Les partenaires de Facebook sont déjà nombreux, plus d’une vingtaine même, comme Uber, Spotify, Booking, Ebay… Et même visa.

Une monnaie qui sera stable ?

Selon les créateurs de cette monnaie, celle-ci devrait être globalement stable car son cours sera indexé sur les cours des 4 grandes monnaies mondiales (Euro, Dollars, Yen et la Livre). Libra ne sera donc "pas volatile" parce qu’elle aura "un taux de change fixe".

Et les dangers d’utiliser cette monnaie ?

Le grand danger viendra sûrement du fait que cela va affaiblir les poids des banques. Les banques donc souvent les Etats qui jusqu’à présent régulent les marchés. Et comme vous pourrez envoyer discrètement de l’argent sans frais à n’importe quel endroit du monde, quand vous voulez, il est fort à parier que cela pourra renforcer les transactions frauduleuses au regard des législations locales et favoriser ainsi le blanchiment d’argent.

Selon le journal économique français Les Echos, Facebook offrira gratuitement son service Libra à son lancement. Ainsi, "tout le monde pourra l’utiliser massivement et convertir en ligne ou en cash sa monnaie, sans avoir à payer de commission. L’idée étant de populariser au maximum cette nouvelle monnaie. Une fois celle-ci bien implantée, Facebook pourrait alors proposer des services payants, comme ceux proposés par les banques classiques".

Autre élément important à retenir comme le répète la célèbre phrase "Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit !", Facebook se rétribuera en collectant encore plus d’informations sur vous et en vendant vos informations à des sociétés partenaires.

Le bitcoin à son plus haut niveau en un an

Selon des experts, le lancement prochain d’une cryptomonnaie par Facebook donnerait un élan à l’acceptation générale de ce type de monnaie virtuelle. Facebook travaille depuis un an sur cette monnaie et a contacté plusieurs sociétés de trading spécialisées dans les cryptomonnaies et plateformes de trading.

Le bitcoin, la plus importante monnaie digitale, a atteint les 9000 dollars. D’autres devises concurrentes comme le litecoin et l’ethereum ont aussi progressé.

Archives : Soir Première 04/10/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK